CINQUANTE ANS DE PRÉSENCE AUXILIATRICE AU QUÉBEC.

CINQUANTE ANS DE PRÉSENCE AUXILIATRICE AU QUÉBEC.

 

BRAVO ET MERCI !

 

Marie-Andrée Roy, Vasthi

 

 

Le 15 août dernier (1999)  les Auxiliatrices célébraient cinquante ans de présence au Québec. L’événement avait lieu dans les locaux de la communauté chrétienne St-Albert le Grand à Montréal (cette toute petite communauté a tellement d’amies et d’amis qu’elle n’avait pas de maison assez grande pour les accueillir chez elle !).

 

Nous étions en effet plusieurs centaines à avoir répondu à l’invitation des auxiliatrices : hommes, femmes et enfants de tous âges et de toutes conditions qui reflétaient bien la diversité des engagements et la profondeur de l’inscription de cette communauté dans la société québécoise. Nous avons vécu une très belle célébration eucharistique oecuménique, internationale et féministe : une animation musicale de grande qualité, des gestes symboliques et des textes de prière et d’invocation pleins de signification, une participation recherchée, notamment celle des enfants. La théologienne brésilienne Ivone Gebara nous a livré une homélie remarquable qui commentait le texte de l’évangile des femmes au tombeau le matin de Pâques.

 

Un excellent et abondant buffet nous attendait après la célébration. Cette fête était à l’image des auxiliatrices. Les enfants avaient pleinement leur place : au moment du buffet ils se sont servis les premiers et ils ont eu droit à une animation très appréciée avec deux clowns. Tous et toutes étaient importants : les « dignitaires » étaient peu nombreux et le protocole plutôt très démocratique ! Place était faite au plaisir des retrouvailles, aux échanges, aux discussions, aux rires, aux accolades et aux manifestations de complicité de toutes sortes.

 

Je connais les «  auxis » depuis plus de vingt-cinq ans. J’aime et j’ai du respect pour ces femmes de foi engagées, radicales, féministes qui vivent avec constance, dans le quotidien de l’existence, leur option pour la justice et la solidarité. Elles sont solides et dérangeantes ces femmes qui nous proposent des pistes pour vivre notre espérance. Depuis cinquante ans, avec leurs alliés, alliées, elles ont su, paver de véritables voies de liberté. Merci chères auxiliatrices, merci pour tout et bravo pour ces cinquante années d’engagement !

 

Vos amies de L’autre Parole vous disent leur affection et leur complicité.