LA MARCHE DE L’AUTRE PAROLE 

Joie du départ : Rimouski, 14 août 1976

Une invitation avait été lancée. Quatre femmes : Louise Melançon, Bibiane Beauregard, Marie-Andrée Roy et Monique Dumais se sont retrouvées à Rimouski le 14 août 1976. Il s’agissait de décider du sort des femmes en théologie et dans l’Église.  Il fallait sortir d’un monde patriarcal. Après cinq à six heures d’échanges, il est décidé de se donner un outil de travail qui s’appellerait L’autre Parole, en s’inspirant de Parole de femme (1974) d’Annie Leclerc. Autre, autrement… il importait de parler de nos expériences de femmes dans le domaine de la spiritualité. Et vogue la galère !

Joie du premier colloque : 1978

Après deux années de rencontres et d’échanges de quelques femmes, il s’avérait important d’avoir un temps plus long de mise en commun. Un colloque est en vue ; le sujet : Le corps de la  femme et l’Église,  il nous apparaît que c’est là que le bât blesse.

Les échanges s’avèrent utiles et fructueux pour dénoncer les difficultés et ouvrir de nouvelles perspectives.  Ce premier colloque a été une réussite et nous a conduites à tenir et à vivre à chaque année un colloque sur un nouveau thème.  Il y a toujours du matériel sur la planche.

Joie des groupes de réflexion

Il ne suffit pas de réfléchir seule, il est bon de se réunir et de mettre ensemble nos idées. L’une venait de Montréal, l’autre de Sherbrooke, et d’autres de Rimouski, du Saguenay, de Québec, de Gatineau. Pour faciliter les rencontres, des groupes ont été créés ici et là dans la province. Se regrouper devenait une nécessité. C’est ainsi que nous avons pensé nous unir selon les régions et d’avoir un comité de coordination qui permettrait de faire les liens entre les groupes, de mettre ensemble nos idées, d’organiser notre colloque annuel, de rédiger notre revue. Avec le temps, les groupes régionaux se sont donné des noms significatifs : Houlda pour le Bas-Saint-Laurent, Myriam pour Sherbrooke,  Déborah pour Gatineau, Tsippora pour le Lac Saint-Jean et Vasthi, Bonne Nouv’ailes et Phoebé pour les trois groupes de Montréal. C‘est ainsi que la vie à L’autre Parole s’organise avec dynamisme et fantaisie.

Joie de nos troubadoures

Nous avons la chance d’avoir trois sœurs, les sœurs Marleau, qui sont d’excellentes compositrices de chansons et qui nous font de belles surprises presque à chaque colloque.  Voici un chant sur la solidarité créé pour le colloque de l’an 2000.

Si on tissait ensemble

Si on tissait ensemble, coude à coude,
Si on tissait ensemble un tissu nouveau.
Tissu d’une société vivante et accueillante,
Plus juste et pacifiante, comme il ferait bon !

En voici quelques autres très significatifs :

Artisanes de l’espérance  ( 2010)

Nous sommes les artisanes de l’espérance
Et construisons ensemble avec confiance.

L’Église de demain, a besoin de nos mains.
Osons avec audace un réel face à face.

J’ai vu l’amour (2011)

J’ai entendu l’amour parler
Quand tu m’as écouté-e.

J’ai entendu l’amour chanter
Il savait espérer.

J’ai vu l’amour marcher
Pour la justice partagée.

J’ai vu l’amour gagner
Dans ton mot d’amitié.

Le pardon (2012)

Quand je ne sais pas regarder, autour de moi, m’émerveiller,
Quand je n’ouvre pas grands les yeux, je dis Pardon à la BEAUTÉ.
Quand je tais la voix de mon cœur, que je ne me sens plus vraie,
Quand je refuse le bonheur, je dis Pardon à la VÉRITÉ.

Refrain
C’est quand je risque le pardon, que j’ouvre mon cœur à l’amour,
Et quand je dis oui à ce don, se lève enfin un nouveau jour.

Où est le rire de DieuE  (2013)

Où est le rire de Dieue
Il est dans un sourire
Le geste qui vient guérir
Le rêve ou le désir
Qu’on a de temps en temps.

Slam pour nos héroïnes  (2015)

Sur le pas de nos aînées
Nos doyennes tant aimées.
Elles ont impressionné
Par leur radicalité,
Indignées par l’injustice
Rebelles avec des ailes
Visionnaires, les pieds sur terre
Elles marchent vers la lumière.

Joie des réécritures

Les réécritures sont devenues la « marque de commerce » de L’autre Parole. Se laisser inspirer par  un texte de la Bible, y introduire nos expériences de femmes et permettre à notre créativité de jouer son rôle de transformation. C’est ainsi que le texte des Béatitudes a connu des résonances très particulières. En voici quelques versets.

Heureuses celles qui travaillent à pétrir le pain de l‘autonomie,
de l’égalité, de la solidarité,
Ensemble, elles nourriront la terre. […]

Heureuses vous les femmes bafouées à cause de vos prises de parole,
Par votre ténacité, la libération se construit. […]

Chaque colloque annuel a consacré du temps à des réécritures qui ont tenu une place de choix dans nos célébrations.

Joie des célébrations

Les femmes de L’autre Parole aiment célébrer. Chaque colloque comporte son moment très précieux de célébration sur le thème choisi. Les membres d’un groupe de réflexion se donnent à cœur joie de préparer le moment de réflexion et de festivité. La joie, la fantaisie et la créativité y trouvent une large place.

La collective L’autre Parole a organisé des célébrations majestueuses à l’occasion de Pâques ou de la Pentecôte, dans différents lieux.  Des étoles fabriquées pour ces occasions sont distribuées, elles montrent notre désir et notre aptitude à célébrer. Qui nous en empêcherait ?

La marche de L’autre Parole signifie un avancement joyeux dans la réflexion théologique et l’ouverture dans l’Église. Ne craignons pas de la suivre.