LA TOUTE-SEMAILLE

CÉLÉBRATION DU 19 AOÛT 2017

Organisée par le groupe Bonne Nouv’ailes

Une participante joue du psaltérion, un instrument à cordes du Moyen Âge. Les participantes entrent dans la salle. Elles ont avec elles les objets significatifs qu’on leur avait demandés d’apporter la veille. Elles vont les déposer sur la table des offrandes, puis vont s’asseoir en cercle, autour d’un amas de compost (terre à jardin), disposé sur une grande bâche au centre de la pièce. Une fois assises, elles reçoivent quelques graines de la part d’une célébrante. Les participantes ont trouvé sur leurs chaises un feuillet comprenant les répons de la célébration.

On ferme les lumières et les stores.

LA TOUTE-SEMAILLE1 :

CÉLÉBRANTE 1 :
Commençons cette célébration par un récit féministe et poétique de la création qui nous suggère de nouvelles images de notre rapport au cosmos et au monde. Il s’agit de l’histoire de la Toute-Semaille, une fable de Carole Martignacco que Nancy Labonté, membre du groupe Bonne Nouv’ailes, a adaptée en français.

CÉLÉBRANTE 2 :

As-tu déjà observé la croissance d’une semence ? N’as-tu jamais vu comment elle débute si petite, si inanimée, si tranquille comme une surprise à surprendre… et comment elle se réveille lentement, se dépliant, se déployant en quelque chose de… plus grand et plus grand et PLUS GRAND ?

Ensuite, c’est étrange, mais cette chose qui pousse ne ressemble que très peu à la graine des semailles qui l’a créée, ce qui est aussi vrai de la toute première semence. Il y a très, très longtemps, avant même le début du Monde… il y a longtemps, il n’y avait rien, même pas le temps, parce que personne n’était là pour le compter…

L’espace était un vide immense profond et mystérieux, comme un lieu qui attend pour surprendre. Il n’y avait pas d’étoile, ni Soleil ou Lune. Il n’y avait pas de place comme la Terre… pas une goutte d’eau, ou un arbre, ou de la pierre, ou une fleur… et aucun être vivant non plus.

Mais dans la profondeur de l’espace en attente se cachait le tout petit point d’un quelque chose pas plus gros qu’une petite graine. Ce n’était pas une graine de fleur. Ni celle d’un chêne. Ce n’était pas un grain de maïs, mais toutes ces choses à la fois étaient présentes dans ce tout petit point.

Tu pourrais appeler ça la Toute-Semaille parce que c’est ce que c’est devenu. L’origine du grain des débuts est inconnue, personne ne sait qui l’a planté, personne ne sait comment la Toute-Semaille a su (un Savoir que seules les semailles semblent savoir) combien de temps attendre le moment précis de sa germination et de sa croissance.

Mais tout à coup, ce petit grain, chéri et nourri dans la poussière fertile de l’espace, s’éveilla, se brisa, et commença à grandir. En se déployant… Se déployant… et bourgeonnant… dans l’éblouissement grandiose d’une boule de lumière… comme une étoile qui serait notre arrière grand-mère.

C’était la naissance de l’Univers. Soufflées aux quatre vents, les galaxies, comme une tempête de neige de flocons vifs… dansaient ensemble dans la plus brillante, la plus aveuglante des nuées d’astres. Et parmi ces brumes scintillantes notre étoile, celle que l’on nomme le Soleil… spiralait et notre Terre et notre Lune… et toutes les planètes en gravitation que nous connaissons par leur nom.

Et voici le secret de la Toute-Semaille : Toi et moi étions déjà là dans les débuts… juste dans l’idée comme chaque feuille sur sa Majesté le chêne se cache dedans l’idée du gland. Nous y étions avec toutes les étoiles et les planètes, et les pierres et les océans, les plantes, et les animaux, et le Monde.

Tout ce qui est, était, ou tout ce qui sera, était, dedans cette toute première petite graine.

Lorsque tu tiendras dans ta main un pépin et que tu te demanderas ce que c’est, imagine comment ton existence, et celle du Monde, était une fois dans la petite idée d’une Toute-Semaille juste avant qu’elle ne germe et qu’elle pousse il y a très, très longtemps dans l’avant des débuts du temps. Maintenant, si cela n’était qu’une histoire ordinaire, nous arriverions à une fin.

Mais cette histoire de l’Univers ne cesse de se révéler. Ce qui une fois débuta dans un bourgeonnement de lumière continue chaque jour. De nouvelles étoiles germent et s’épanouissent dans la poussière de l’espace.

Plantes et animaux sont constamment inventés. Semailles de toutes natures… sont répandues partout afin que l’on se souvienne. Et de nouvelles personnes naissent tous les jours dans l’étincelle de cette toute première lumière encore vive et allumée au plus profond… de l’attente… Tout comme la Toute-Semaille brille de feux qu’il nous reste à découvrir…

MOMENT DE SILENCE.

On rallume les lumières.

CÉLÉBRANTE 1, référant au feuillet :
Nous vous invitons à lire un premier texte, de Hildegarde de Bingen2 :

La Terre est en même temps mère.
Elle est mère de tout ce qui est naturel,
mère de tout ce qui est humain.
Elle est la mère de tout,
car en elle est contenue toute semence.

RITUEL DE PARDON : « AU RAS DU SOL »

Rituel inspiré de Lytta Basset3

CÉLÉBRANTE 3 :
Dans l’épisode de La femme adultère (Jn 8,1-11), on nous dit que « Jésus se baissa et se mit à écrire avec les doigts sur le sol » (Jn 8,6).

C’est comme si Jésus avait pressenti, acculé qu’il était par ses accusateurs, comme il le sera à Gethsémani, que la peur et le sentiment d’« agonie » allaient finir par le jeter par terre : « Il tomba la face contre terre » (Mt 26,39), cette terre d’où l’humain fut tiré.

Cet homme vivait ras du sol. Dieue s’incline jusque dans la vie des femmes et des hommes qui souffrent.

MOUVEMENT : Après un silence, nous invitons les femmes à se pencher vers la terre. Une douce musique s’élève pendant ce qui suit4 :

Nous aussi, nous allons maintenant nous incliner au ras du sol, plonger les mains dans cette terre, en communion avec la Christa et descendre intérieurement jusqu’à « cette terre épaisse dont nous sommes faites, parce que Dieue se tient là, là où la vie se terre à en mourir lorsqu’elle se sent menacée »5.

TOUTES
Nous demandons à Dieue — la Christa — de nous purifier de nos peurs, de nos angoisses et de tout ce qui nous empêche d’entrer en relation avec les autres, avec L’Autre et avec notre environnement dans la construction d’un monde meilleur, de plus en plus humain où règnera la justice, la paix et la sérénité pour tous et pour toutes.

Après avoir qui, mis en terre les graines qui avaient été distribuées, qui touché et pétri la terre, les participantes viennent nettoyer leurs mains dans de l’eau et les essuyer.

Une célébrante interprète alors une réécriture du :

Credo du paysan6
1. L’immensité, les cieux, les monts, la plaine,
L’astre du jour qui répand sa chaleur,
Les sapins verts dont la montagne est pleine
Sont ton ouvrage, Ô divine Mère terre !
Humble mortelle devant l’œuvre sublime
À l’horizon quand le soleil descend
Ma faible voix s’élève de l’abîme
Monte vers Toi, vers Toi, bleu firmament !

R. Je crois en toi mère de la nature
Semant partout la vie et la fécondité
Toute semaille, d’où viennent toutes choses
Je crois en ta grandeur, je crois en ta bonté
Je crois en ta grandeur, je crois en ta bonté

2. Dans les sillons creusés par la charrue
Quand vient le temps je jette à large main
Le pur froment qui pousse en herbe drue
L’épi bientôt va sortir de ce grain
Et si parfois la grêle ou la tempête
Sur ma moisson s’abat comme un fléau
Devant le ciel je veux lever la tête
Bénir la vie et générer la paix !

PRIÈRES UNIVERSELLES :

CÉLÉBRANTE 4, référant au feuillet :
Après chaque prière, vous direz :

RÉPONS
Terre, je m’agenouille
Une poignée de temps
Entre les mains, Terre,
Quel mystère t’ensemence7.

Nous demandons à Dieue – la Christa – de […] mieux comprendre [nos] périodes tumultueuses, alors que chaque manifestation d’abus envers les humains, les animaux ou l’équilibre écologique de la planète […] apparaissait en couleurs fluorescentes8.

RÉPONS

De rendre notre colère constructive et notre culpabilité agissante devant tous les abus subis par la Nature et toutes les espèces vivantes.

RÉPONS

En ce moment, je deviens plus attentive à moi-même. J’accueille la souffrance ressentie. Je respire doucement avec elle. De la même manière, je peux accueillir la souffrance du monde et commencer à la guérir avec patience et compassion. Alors, je peux peut-être devenir une vraie guérisseuse, une guérisseuse blessée9.

RÉÉCRITURES

LES DEUX VOIES (Psaume 1)
Heureuse celle qui ne se soumet pas au dogme de la croissance économique sans fin ;
Ni ne suit le conseil de celui dont on ne doit pas prononcer le nom ;
Ni au siège des désengagés ne s’assied ;
Mais se plaît dans l’autoformation et la mobilisation ;
Et s’emploie jour et nuit à la guérison et à la pacification.

Elle abreuve ses racines à la bonne source ;
Elle est comme un arbre planté auprès des cours d’eau ;
Celle-là portera fruit en son temps ;
Elle vit la confiance, la solidarité et l’estime de soi ;
C’est pourquoi jamais son feuillage ne sèche ;
Rien de tel pour les affamés d’argent et de pouvoir ;
Rien de tel.

Car ils sont déracinés et seront emportés par le vent ;
Ainsi les impies seront consumés ;
Et les égarés subiront l’isolement ;
Car la Sagesse inspire l’action bienfaitrice ;
Mais la voie des désengagés se perd.

LA SAGESSE ET LA LOI (Siracide 24,23-34)
Ouvrons, mes sœurs, ce grand livre de l’Alliance avec la Dieue
Où est promulguée la loi de nos mères
Dont nous sommes les héritières.

Cette loi ne regorge-t-elle pas de sagesse,
Comme l’eau de la rivière des Prairies
Où abonde le discernement
Comme nos devancières l’ont pratiqué
Avec intelligence et finesse.

Pensons au rire subtil de Sarah ; ne vous rappelle-t-il pas
Les astuces féministes de Thérèse Casgrain ?
Et que dire de Judith qui usa virilement
De ses charmes pour libérer son peuple ?
Et de Marie Curie qui, par son savoir et son audace,
Bouleversa les idées des patriarches de son temps ?

La loi de nos mères est vaste comme l’horizon
Qu’on n’a jamais fini de scruter
Pour en saisir toutes les variétés de nuances.

Et nous, membres de la collective,
Sommes comme rivières au printemps,
Débordantes de fureur et d’amour.

Nous arrosons nos jardins, nos amours,
Nous irriguons nos parterres, nos projets.
Ne sont-ils pas appelés à devenir aussi puissants
Que les marées qui balaient les rives du Saint-Laurent ?

Espérons que nos partages de savoirs
Rayonneront jusque dans nos communautés.
Soyons des Myriam nouvelles : Entonnons un chant d’allégresse
Pour que se répande la Sagesse aux générations à venir.

Voyez, mes sœurs, ce n’est pas seulement
Pour nous que nous travaillons
Mais pour celles et ceux qui cherchent
Cette Sagesse déjà reçue en héritage.

LES ÉPIS ARRACHÉS (Matthieu 12,1-8)
Un beau jour, les femmes de L’autre Parole eurent faim d’une justice nouvelle. Alors, les patriarches de l’Église s’inquiétèrent… Même le Pape demanda : « Qu’est-ce que L’autre Parole ? Qui sont ces femmes qui prennent la liberté de réécrire la Parole de Dieu et de l’interpréter librement ? Elles devraient savoir que seule l’autorité ecclésiale a ce pouvoir. » Mais à l’instar de Jésus, elles avaient compris qu’il fallait transcender la loi pour assouvir la faim collective d’une justice équitable pour « toutes ». Sans culpabilité, elles continuent de célébrer avec joie leur liberté.

SAMARITAINE (Jean 4,5-9) : LA LIBÉRÉE
Jésus se tenait près du puits,
Quand il vit venir une dame.
L’ayant regardée, il dit :
J’ai soif, donne-moi de l’eau, femme.
Étonnée, elle lui répondit :
Comment oses-tu me parler
Toi, le Juif du peuple ennemi,
Qui nous a toujours méprisés !
Elle a osé le questionner,
Sans nulle crainte d’être aperçue.
À bas l’interdit de parler
À l’autre sexe dans la rue.
Un dialogue s’en suivit,
Entre eux deux, sans aucun témoin.
Très vite, la femme comprit
Que cet homme ne mentait point.
Devinant qu’il était prophète,
Elle accéda à son désir
Elle lui offrit cette eau si nette,
Un geste gratuit de plaisir !10

L’eau est source de vie.
Dans les entrailles de nos mères,
L’eau nous a nourries.
Cette richesse universelle, les gens de pouvoir s’en emparent,
L’exploitent à outrance,
La polluent, l’empoisonnent
En font une source de mort
Laissant assoiffés les peuples dominés.
Une brèche a été ouverte par Jésus
À nous d’être créatives comme la Samaritaine
Et d’ouvrir d’autres avenues en harmonie avec la Création.

JÉSUS APPELLE SES PREMIERS DISCIPLES (Luc, 5, 1-7) : HÉLÈNE APPELLE AU SECOURS
Un jour, la foule se pressait autour d’Hélène Pedneault pour l’écouter parler d’Eau Secours. Elle se tenait sur le bord du Saint-Laurent. Elle vit qu’il y avait deux barques d’ancrées sur le bord de la rive, les militantes étaient descendues de leur barque découragées de n’avoir pris que du plastique. Hélène monta dans l’une des barques qui appartenaient à Marie-Claire Séguin et lui demanda de s’éloigner un peu de la rive pour évaluer la situation. Elle s’est mise à parler de la mission d’Eau secours, de l’importance de l’eau, de sa qualité et de la nécessité d’agir ensemble. C’est important de valoriser tous les petits gestes, de croire qu’on peut changer quelque chose ensemble, que la bonté et la compassion peuvent accomplir des miracles pour la survie de la planète. Il faut agir sur le plan politique. Il faut convaincre les élu∙e∙s de tous les villages le long du fleuve de travailler avec leur communauté à l’assainissement des eaux. Allez répandre cette bonne parole, et retrouvons-nous ici, dans un an. Un an plus tard, en présence d’une foule plus nombreuse, Hélène remonte dans la barque de Marie-Claire et lui demande de s’avancer jusqu’au milieu du fleuve et elle dit : Relancez vos lignes. Marie-Claire répond : Hélène, écoute, cela fait des semaines que nous essayons et cela n’a pas marché. Hélène répond : Vous avez travaillé, faites-vous confiance. Marie-Claire dit : Ok, on va essayer encore. Aidées de plusieurs militantes, elles lancent leurs lignes, elles prirent une grande quantité de plastique et beaucoup de poissons. En voyant cela, la foule des militantes s’avance pour aider les pêcheuses à séparer le plastique des poissons. Elles préparèrent un festin pour célébrer le retour des poissons dans le fleuve.

OFFRANDES

CÉLÉBRANTE 4 :
Je chemine à la découverte de la Splendeur qui permet à l’Univers d’exister. Cette Splendeur est humble, infiniment humble. Elle se cache au fond du ruisseau qui court sur le terrain voisin. Elle s’enfonce dans la boue qui se forme sur le chemin mouillé par la crue du printemps. […]

Elle, la Splendeur de l’univers, s’insère au creux de la poitrine d’une mère qui reçoit sa fille nouvellement née. Elle se révèle dans l’œuvre d’art qui dérange, déconcerte et fait avancer les consciences. Elle se déploie dans le ballet bien orchestré de l’abeille qui tournoie au-dessus des fleurs parfumées. Elle dit son nom dans tout geste d’amour, de compassion, de splendeur et de célébration11.

En pointant les objets sur la table :

Elle se cache dans les objets que vous avez apportés. Honorons et bénissons les objets apportés le vendredi.

Une femme se rend vers la table où les objets sont disposés. Elle en choisit un au hasard ou un qui lui plait. Reconnaissant son objet, la femme à laquelle il appartient se lève. Celle qui a choisi se dirige vers elle, lui rend l’objet et dit une parole de bénédiction :

« J’honore la lumière qui jaillit de cet objet. »

TEXTE EUCHARISTIQUE

PRIÈRE EUCHARISTIQUE ÉCOLOGIQUE

CÉLÉBRANTE 1 :
Depuis hier, nous apprenons à défaire le dualisme entre l’esprit et la matière et à voir Dieue en toutes choses. Nous apprenons à construire des relations organiques de tout notre être au cosmos et aux éléments de la nature.

Pourquoi vouloir faire mémoire du Ressuscité ?

Il y a plus de 2000 ans, Jésus nous a dit : « Prenez et manges-en toutes, ceci est mon corps ». Par ce geste il nous a invité à poursuivre sa marche contre toutes les formes de relations hiérarchiques. Chaque parcelle du cosmos, chaque poussière d’étoiles, chacun de nos cœurs vivant des relations dans la diversité est convié à participer à une nouvelle Terre dans un cercle de Vie.

CÉLÉBRANTE 2 :
Les traditions philosophiques et théologiques d’où nous venons nous ont appris à dissocier la Terre et les Cieux ; à dénigrer la matière, on piétine les corps et les vies des femmes et des plus marginalisées. Nous voulons faire mémoire d’une autre logique. Nous désirons percevoir l’union intime de la Terre et des Cieux, de l’esprit et de la matière, et créer de nouvelles relations justes entre les hommes et les femmes et pour toutes les femmes.

Nous faisons mémoire de ces relations matérielles autour de nous qui nous traversent et nous donnent et redonnent la vie.

Jésus nous a dit : « Prenez et buvez-en toutes, ceci est mon sang ». Ce sang est vie. Par ce geste, il nous invite à poursuivre sa marche pour une logique de la vie.

En mangeant ces galettes de grains et en buvant ce vin, nous participons à une nouvelle alliance entre les entités du cosmos et créons la justice relationnelle.

CÉLÉBRANTE 3 :
Faisons aussi mémoire de celles qui nous ont quittées au fil des ans : Rita Hazel, Solanges Labissière, Madeleine Laliberté, Yvette Laprise, Denyse Joubert-Nantel, Pauline Maheux, Marie-Thérèse Olivier-Roy, Louise Roy.

CÉLÉBRANTE 4 :
Par groupe de cinq, vous êtes invitées à vous approcher de l’autel. Chaque groupe prononcera ces paroles à l’unisson avant de manger les grains de riz et de boire le vin :

Nous mangeons ces grains de riz et buvons ce vin dans l’allégresse
La vie de chaque parcelle du cosmos resplendit
Des relations nouvelles et justes se créent
Nous tissons ensemble une vie nouvelle.

Musique : pendant tout ce rituel, les participantes ont fredonné un air que nous aimons toutes.

Moment de silence.

CREDO DE LA MARCHE COSMIQUE12

L’AMOUR AUX MULTIPLES VISAGES
Je crois en la Dieue-Présence qui habite chaque parcelle de vie,
qui donne la vie, qui suscite le mouvement en tout ce qui existe.

Je crois en la Dieue-de-l’Univers, Jardinière du Ciel
et de la terre, qui nous invite à développer notre créativité
et notre imagination.

Je crois en la Dieue-Communauté, qui nous convoque
à reconstituer la famille des peuples en famille de frères
et de sœurs.

Je crois en la Dieue-Soleil qui nous appelle à vivre en état
de vigilance, à être sentinelle par rapport à tout ce qui menace
l’harmonie sur terre.

Je crois en la Dieue-Sage-Femme qui nous confie la fécondité
de ses terres et nous interpelle à enfanter une terre nouvelle
avec une imagination créatrice.

Je crois en la Dieue-de-la-Vie qui dépose en nous la certitude
d’une résurrection pour tous les vivants et toutes les vivantes.

Je crois en la Dieue de la vie.

PARTAGE ET ACTION DE GRÂCE

Les femmes sont invitées à s’exprimer librement…

ENVOI – SIGNE DE CROIX DE LA MARCHE COSMIQUE

Au nom de la Source de Vie,
au nom de l’Amour qui nous habite,
au nom de l’Effort que nous faisons pour devenir les sœurs des autres.

CÉLÉBRANTE 1 :
Aujourd’hui, nous sommes descendues dans l’humus de notre être, au cœur même de nos entrailles. Nous avons découvert une sève de vie tellement forte, riche et inspirante que nous n’avons pas voulu y résister.

Cette sève en nous nous a permis de partager intimement notre découverte et notre exploration d’une spiritualité englobant toute la création, c’est-à-dire l’espèce humaine, les animaux, les végétaux, l’eau, le sol, l’air, la Terre et l’Univers.

Elle nous invite à poursuivre notre découverte et notre exploration de l’interdépendance sacrée qui sous-tend le visible et l’invisible, la matière et l’esprit.13

  1. MARTIGNACCO, Carole (auteure) et Joy Troyer (illustratrice). The Everything Seed : A Story of Beginnings, Tricycle Press, 2006.
  2. Citée par : DUMAIS, Monique. « Des femmes vaillantes au cœur de la planète », La Chair et le Souffle, Vol 3, no 2, 2008, p. 72.
  3. BASSET, Lytta. Moi, je ne juge personne – L’Évangile au-delà de la morale, Édition Albin Michel, 2003, p. 89-90.
  4. Nous avions choisi : HARMONIUM. « Histoire sans parole » in Si on avait besoin d’une cinquième saison, 1975.
  5. BASSET, Lytta. Op.cit.
  6. Réécriture : « Le credo du paysan », Paroles : F. et S. Borel. Musique : G. Goublier, in : Les cahiers de la bonne chanson.
  7. DORION, Hélène. Texte repéré sur un écriteau dans le cadre du Festival littéraire — Les correspondances d’Eastman.
  8. MICHAUD, Marie-Andrée, Op. Cit., p. 61.
  9. Ibid.
  10. TAMBOURGI, Aïda. « La libérée » in Le Dieu qui libère – Figures de femmes libératrices dans la Bible, Médiaspaul, 2003, p. 56 et s. Pour cette réécriture, l’équipe a choisi d’utiliser les cinq premiers vers de ce poème.
  11. MICHAUD, Marie-Andrée. Op. cit., p. 120.
  12. Texte adapté de Reine Magnan. Vers une spiritualité de la création, Éditions R. Magnan, 2001.
  13. Réécriture de : MICHAUD, Marie-Andrée, op. cit. p. 66.