No. 129 - Les péchés capitaux revisités

Liminaire

 

Les péchés capitaux! Qu’avons-nous à en découdre en 2011? Et pourtant le Musée de la Civilisation de Québec a tenu une exposition sur le sujet en 2010. Des conteurs québécois ont préparé une histoire pour chacun des péchés capitaux en se servant des objets de la collection permanente du Musée. L’anthropologue Serge Bouchard considère que dans notre monde actuel, « la machine du Diable s’est emballée, le gros moulin tourne à plein régime. Et les sept péchés capitaux ne se sont jamais aussi bien portés, depuis que nous les avons rangés dans l’armoire aux oublis en croyant dur comme fer que ces mots sont des mots du passé. » (Préface dans le cahier de l’exposition)

Cet événement muséal nous a incitées à chercher si les péchés capitaux ont quelque résonance dans notre vie de femmes. Nous les avons revisités. Ont-ils un effet différent dans la vie des femmes et celle des hommes? L’appel lancé à chacun des groupes de la collective L’autre Parole invitait à choisir un péché et à donner des réactions à ce qui était considéré comme peccamineux.  Est-ce vraiment une réalité dans notre vie de femme? Les réponses sont audacieuses et affichent des mesures diverses à intensité variable. L’orgueil, l’avarice, la luxure, l’envie, la gourmandise, la colère, la paresse marquent des rendez-vous étonnants dans nos expériences de femmes, souvent de façon inversée à celles des hommes, en ce qu’ils seraient presque devenus pour nous des vertus cardinales. En effet, les femmes ne doivent-elles pas reconnaître leurs capacités (un orgueil bonifié), savoir accueillir ce qui est bon dans la vie (hourra pour la gourmandise, la luxure, l’avarice), ne pas craindre l’envie ni la colère en vue d’affirmer leurs droits, profiter des bons moments de la vie en appréciant la paresse. C’est pourquoi nous avons osé parler de péchés revisités, car ils ont perdu leur tête de malice et trouvé des postures bénéfiques. À vous d’en juger dans la lecture des textes qui suivent, sans oublier le billet, ainsi que le mémorable « Saviez-vous que » préparé si minutieusement par Marie-Josée Riendeau. Nous nous rappelons aussi de Louise Roy et Solanges Labissière qui nous ont quittées.