LA SOCIETE CA’IHOLIQUE DE LA BIBLE, MA VIE, QUOI !

LA SOCIETE CA’IHOLIQUE DE LA BIBLE, MA VIE, QUOI ! 

 

La Bible devient chaque jour davantage pour moi le lieu privilégié de la Parole de Dieu. Plus je l’approfondis, plus je la prie, plus j’ai le goût de laisser agir Dieu dans l’histoire de ma vie comme il l’a toujours fait dans la vie quotidienne de son peuple, comme il l’a fait d’une façon particulière en Jésus. à moi maintenant de le révéler. Tâche ardue pour ma pauvreté.

 

Ai-je choisi ? Ai-je été attirée ? Je ne sais ! La Société catholique de la Bible est devenue pour moi un lieu de service d’Eglise. Je planifie, coordonne et vois à la réalisation et à l’évaluation de projets bibliques qui se veulent des instruments de travail au service des différents diocèses du Québec surtout. Qu’il s’agisse de week-ends bibliques, de séries de conférences en direct ou sur cassettes, d’édition de volumes, de publication de posters, de production de diaporamas, d’organisation de sessions, de rédactions d’articles de journal ou de revue, etc.. , rien n’est trop grand, tout est à bâtir pour que les gens de chez nous puissent mieux comprendre la Parole et la rendre signifiante pour leur vie.

 

Je crois en l’efficacité et en l’utilité de mon travail. Je m’y donne pleinement et je suis certaine de contribuer ainsi à l’éducation de la foi des gens de notre Eglise. Ils ont soif du retour aux sources bibliques. Je suis heureuse de les abreuver à même la Parole afin qu’ils n’aient plus jamais soif (cf. Jn 4.14).

 

En tant que femme, j’ai ma place dans mon milieu de travail ; je fais ma place ; c’est à  moi de prouver que je peux remplir une telle fonction de façon efficace et intelligente. Je file mon chemin confiante dans mes ressources humaines et spirituelles par lesquelles le Seigneur veut bien continuer d’oeuvrer.

 

A chacune, je souhaite un travail qui colle autant à son être, un milieu qui lui permette de se réaliser pleinement et des collaborateurs dont la vie soit un continuel appel au dépassement.

 

 

Montréal                    Monique Desrochers, Secrétaire général et Directeur général

de la Société catholique de la Bible


L’autre Parole, la nôtre •.. un nouveau défi pour la théologie

 

 

Quand les femmes se regroupent, c’est le levain dans la pâte. C’est l’instant de vie qu’elles veulent fructueux et heureux pour elles et pour l’humanité.

 

Nous avons besoin de nous serrer les coudes, afin d’être capables de naître à la parole ••• à la nôtre •.• en surmontant le trac de celles qui n’ont jamais parlé ou si peu.

 

Deviendrons-nous vraiment conscientes de notre apport si précieux et même essentiel dans la Création ? Oui, un nombre croissant de femmes questionnent et cherchent à découvrir par elles-mêmes et pour elles-mêmes, la vérité sur la femme, sur l’homme et sur Dieu.

 

La relation que les femmes entretiennent avec Dieu n’est-elle pas totalement dépendante des rapports vécus longtemps dans la société et dans la famille et qui privilégiaient les hommes au détriment des femmes, le père au détriment de la mère ?

 

Nous devrons dénoncer les dieux de notre enfance, complices de notre soumission et de notre naïveté.

 

Nous devrons exprimer notre personnalité de femmes, en voie de devenir majeure et autonome.

 

 

Sherbrooke   Bibiane Beauregard

 

 

 

Travaux de recherche

 

Bibiane travaille actuellement sur un projet de recherche en vue de l’obtention d’une maîtrise en Théologie à l’Université de Sherbrooke. Le titre du projet est : l’autonomie de la femme québécoise à l’égard de l’éthique sexuelle catholique, et les interrogations qu’ elle pose à la conscience chrétienne.

 

Bon courage !

 

Nous en profitons pour vous inviter à nous faire connaître des projets de recherche en cours.