POUR UNE CÉLÉBRATION FÉMINISTE EN CHAPELLE ARDENTE

POUR UNE CÉLÉBRATION FÉMINISTE EN CHAPELLE ARDENTE

GROUPE HOULDA,

Rimouski (1995)

 

(Des propositions à agencer de diverses manières)

 

ACCUEIL

 

À l’entrée, un des symboles suivants est remis ou présenté aux proches de celle qui a remis le souffle reçu.

 

Chaîne : Symbole d’une vie de coopération, de solidarité, de secours aux prisonniers…

Étoile : Symbole d’une vie passée dans les arts, d’une vie vécue dans la joie…

Eau : Symbole de gratuité…

Plante : Symbole d’une vie émerveillée devant la nature, d’une personne

préoccupée de l’environnement…

Pain : Symbole d’une vie préoccupée des mal pris, d’un accueil constant à

la maison, engagée dans les oeuvres de bienfaisance…

Manteau : Symbole de soins prodigués aux malades, aux membres de sa

famille, à toutes personnes dans le besoin…

Saisons : Symbole d’une vie engagée dans des activités variées…

Coupe : Symbole de joie, de partage, de communion…

Feu : Symbole de dynamisme, de témoignage, d’audace, de l’amour…

 

MUSIQUE OU CHANT

 

Exploiter un chant aimé ou une musique appréciée par la personne de son vivant.

Exemple : Ma vie de Ginette Reno ; Quand on n’a que l’amour de Céline Dion ou toute oeuvre de femmes artistes.

PSAUMES (des réécritures par le groupe Houlda)

 

Psaume 13 (12)

Jour après jour

Je t’ai cherché Seigneur

dans le quotidien de ma vie.

Comment trouver ton regard,

Comment déceler la trace de tes pas,

dans l’oppression, l’exclusion et la violence ?

Aujourd’hui

Regarde-moi ! Réponds-moi ! Libère-moi !

Toi mon Espérance

Toi la lumière de mes yeux.

Toi la joie de mon coeur

Toi ma fidélité.

Aujourd’hui

J’accueille ton amour éternellement.

 

Psaume 15

« Aujourd’hui, qui demeure sur la montagne du Seigneur ? »

(Question par une voix entre chaque réponse reprise par des amies)

Celle qui a recherché la justice pour elle-même, pour son prochain.

Celle qui a pratiqué la tolérance !

Celle qui s’est sensibilisée aux malheurs des autres.

Celle qui a respecté l’être humain dans son intégrité.

Celle qui a voulu une récompense pour son amour.

Celle qui a dénoncé la violence.

« Aujourd’hui, celle qui a cherché Dleue l’a trouvée et est reçue dans sa tente »

(Par une voix, écho par les amies)

 

Psaume 44

Dieue, nous avons entendu de nos oreilles, nos mères nous ont raconté Tes exploits de toujours à toujours.

Aujourd’hui, garde nos vies au nom de ton amour.

 

(À reprendre entre chaque strophe)

 

1er choeur :

Dieue, nous avons senti dans nos entrailles

Tout ce que nos mères nous ont donné.

Elles nous ont portées, attendues, espérées

Elles ont senti nos premières vibrations

Elles ont tissé notre chair

Elles nous ont allaitées, cajolées, nourries

 

2e choeur :

Dieue, nous sentons dans nos entrailles

Tout ce que l’humanité nous donne

Elle nous porte, nous attend, nous espère,

Elle ressent nos efforts, nos solidarités

Elle tisse nos expériences sur la trame du temps,

Elle nous abreuve, nous cajole et nourrit

notre existence de culture et d’héritage.

 

PAROLES DE DIEUE

 

(Luc 12, 35-37) Voici des Paroles de Dieue qui évoquent la vigilance de notre sœur Jésus disait :

 

35 « Soyez prêtes à agir,

en ayant votre ceinture serrée

autour de la taille

et vos lampes allumées. »

 

Éloge de la personne

 

Jésus disait :

 

36 « Soyez semblables à des servantes

qui attendent leur Seigneur

à son retour des noces,

afin de lui ouvrir la porte

dès qu’il arrivera et frappera. »

 

Jésus disait :

 

37 « Heureuses ces servantes

que le Seigneur,

à son arrivée,

trouvera en train de veiller !

En vérité, je vous le déclare,

il attachera sa ceinture,

les fera asseoir pour le repas

et les servira. »

 

RÉFLEXION

 

Cantique des Cantiques 2, 10-13

 

Dieue dit :

 

« Viens donc, ma bien-aimée,

ma belle, viens.

Car voilà l’hiver passé,

c’en est fini des pluies, elles ont disparu.

Sur la terre les fleurs se montrent.

La saison vient des gais refrains,

le roucoulement de la tourterelle

se fait entendre sur notre terre…

Viens donc, ma bien-aimée,

ma belle, viens ! »

 

Éloge de la personne :

 

remontée des motifs qu’a Dieue d’appeler sa bien-aimée.

 

Psaume 102 (Action de grâce de celle qui est entrée en Dieu)

 

Bénis Dieue, ô ma vie,

Que ma vie raconte ta vie.

Bénis Dieue, ô ma vie

et n’oublie aucune de tes largesses ;

ta tendresse, ta fidélité, ta guérison,

et ta vigueur réjouissant ma vie.

 

Comme une mère est tendre

 

pour ses enfants,

Dieue est tendre

pour les personnes

qui vivent dans la confiance.

Elle sait bien cette mère

de quelle pâte nous sommes

et se souvient que nous

sommes de la terre.

 

La femme ! ses jours

sont comme la plante vivace.

 

Que l’hiver vienne,

elle n’est plus

mais renaît à chaque printemps.

 

Ainsi la fidélité de Dieue

depuis toujours et pour toujours

est sur les personnes

qui vivent dans la confiance.

Et, sa justice

pour les filles de leurs filles

pour celles qui rédigent son amour

et créent d’autres paroles à l’infini.

 

Bénissez Dieue,

vous toutes les femmes

de la terre !

Bénissez Dieue,

vous toutes les oeuvres

de ces femmes engagées !

Bénis Dieue, ô ma vie !

 

ADIEU

 

Chère …

maintenant tu ne seras plus chez toi

mais bien partout où nous irons

à travers les merveilleux souvenirs que nous avons de toi.

 

(Prendre le temps de remercier l’amie défunte pour ce souvenir qui aidera à vivre la séparation.)