Matthieu 14

« Salama ou Shaloma en pèlerinage.

Qui est Salama ou Shaloma ? Salama ou Shaloma est une femme de paix. Elle part en pèlerinage, le cœur grand ouvert, en priant et en chantant sur la terre foulée par les prophètes, sur cette terre que l’on considère comme Sainte. Elle prie à la Mosquée de Saladin, au mur des lamentations, sur le mont des Béatitudes.

Au bout de quelques jours, elle arrive devant un mur qui encercle un peuple. Sur ce mur est écrit en trois langues, l’arabe, l’hébreu et l’anglais : « Allez en Paix ».

À la vue de ce mur, symbole de violence, de domination d’un peuple par un autre, Salama Shaloma a ressenti de la colère, de l’indignation, de la violence.

Elle a perdu sa paix intérieure. Elle se demande alors : que signifie la PAIX, cette paix que l’on a piétinée ? Elle ne veut plus entendre parler de paix.

Sa visite à Ramallah, à Hébron, sa conversation avec ses sœurs palestiniennes, n’a fait qu’ancrer davantage sa colère face à l’injustice quotidienne subie par ce peuple.

Au retour, Samala ou Shaloma devait choisir : rester en colère ou prendre le temps de repenser la paix, de la reconstruire en elle-même.

Salama Shaloma choisit de prendre le temps dont son cœur a besoin pour redevenir la femme de paix qu’elle était. Et elle prit les moyens pour y parvenir. 

Grâce à l’intervention d’une amie, femme de paix, elle a trouvé la force de rencontrer d’autres femmes juives. De plus, elle a participé aux manifestations pour la paix à Montréal.

Plus que jamais, Salama Shaloma croit qu’elle a un rôle, une responsabilité : avec d’autres, s’impliquer pour qu’advienne la Paix. »