JALONS D’UNE DEMARCHE SUR LES BEATITUDES

JALONS D’UNE DEMARCHE SUR LES BEATITUDES

 

par Claire Taillon

 

Voici quelques jalons d’un questionnement sur le thème des Béatitudes, au coeur de notre démarche comme féministes et comme chrétiennes.

 

Pauvres de coeur

. Comment en toi et autour de toi, vois-tu des manifestations du Dieu-amour-libérateur ?

 

. Peux-tu faire appel à des situations où tu vis

– de confiance, de sérénité, d’abandon à Dieu ?

– d’inquiétude, de peur, d’insécurité, d’impuissance ?

 

• Comment as-tu pu dévoiler ou laisser dévoiler un Dieu de tendresse et de miséricorde au delà des abus de pouvoir dans la société séculière et dans l’Eglise ?

 

. « Les riches, semble-t-il, pratiquent une liturgie des choses, les pauvres pratiquent une liturgie des personnes, de la communion »(l) Cela fait-il écho à ce que tu peux remarquer autour de toi ?

 

Heureux les doux ; ils auront la terre en partage

 

. Comment la puissance de l’amour permet-elle au doux de réussir il où le violent échoue ?

. Comment la douceur peut-elle permettre de construire l’autonomie et libérer ?

 

Heureux ceux qui pleurent ; ils seront consolés

 

As-tu expérimenté ou vu expérimenter que l’échec réveille, que la souffrance

 

. oblige à repenser ce que tu avais « définitivement classé, oublié, conquis, possédé, dominé, surpassé »(2)

 

. est un lieu privilégié « de naissance, de renaissance, de conversion, de connaissance »(3) où tu te sens dépassée : « plus ton désespoir est profond, plus ce qui se joue pour toi est fondamental, vital, éternel »(4)

 

. invite à – l’abandon amoureux et confiant où :

« Le grain se brise, se transforme pour que la germination atteigne son stade de plénitude : il croit jusqu’à ce que l’enveloppe se rompe et délivre son fruit »(5)

 

– constater nos misères face aux desseins de Dieu

– faire appel à sa miséricorde

– s’engager pour dénoncer les abus et faire œuvre de justice

est parfois un lieu où se démasque le péché de l’homme : abuser de son pouvoir pour « se faire un monde à sa mesure »(6)

 

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice ; ils seront rassasiés

 

. Quels sont à ton avis les signes de la justice intérieure, celle du coeur ?

 

. Comment la justice intérieure peut-elle s’exprimer, se vérifier dans des actes qui y correspondent et acheminer à la justice extérieure ?

 

. Comment l’exercice de « l’amour constructeur et libérateur »(7) peut-il prendre place au centre de ta démarche féministe et chrétienne ?

 

Heureux les miséricordieux ; ils obtiendront miséricorde

 

. Cornent apprendre à accepter, respecter et même apprécier dans l’amour celui qui agit avec haine et violence ?

 

. « Pardonne-Botte no » offenses

Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensées »

 

. Quelle résonnance cette parole a-t-elle dans nos vies de féministes et de chrétiennes ?

 

Heureux les coeurs purs ; ils verront Dieu

 

. En quoi la disposition à faire la volonté de Dieu par amour peut-elle manifester la pureté du coeur et permettre la réalisation du projet de Dieu libérateur de l’humanité ?

 

. « Ta volonté s’accomplit par Ta parole amoureuse, guérisseuse, libératrice, réconciliatrice, séductrice, combative et victorieuse » (8) Comment pouvons-nous incarner cette parole dans notre Collectif et dans les milieux de vie qui nous sont particuliers ?

 

Heureux les artisans de paix ; ils seront appelés fils de Dieu

 

. Comment la « prise de conscience des folies engendrées par nos vices personnels sociaux, internationaux, sans rejeter qui que ce soit »(9) peut-elle être oeuvre de paix ?

 

. Comment travailler « à la paix du coeur d’abord, par un appel à une justice extérieure mais dans la force d’amour, de vérité, de pardon, d’espérance, de communion à Jésus »(10) peut-il être un engagement féministe ?

 

. Quels moyens pouvons-nous nous donner en Collectif, pour améliorer notre participation à la société « Tant au plan des choses (création), des structures sociales (institutions), tant au plan de la créativité (inventions techniques, Modalités nouvelles d’institutions sociales), tant au plan de la parole (parole humaine authentique, juste, ou Parole de  Dieu : révélation ou Révélation)(11)

 

. Comment cette participation pourrait-elle correspondre d’avantage à ce que nous sommes ?

 

– à la mesure de l’oeuvre de Paix que le Christ agissant veut accomplir par nous ?

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice ; le Royaume des cieux est à eux.

 

. Comment les railleries qu’on peut nous manifester face à notre option comme féministe et comme chrétienne nous amènent-elles à

 

– discerner si nous sommes dans la bonne voie ?

– sentir une force encore plus grande : la certitude qu’une libération des femmes, et par elles, de la société humaine, est en train de se faire ?

 

– recevoir en ces moments des éclairages nouveaux qui par la paix du coeur, peuvent confondre les railleurs ?

 

– donner une « forme concrète de la miséricorde, de la justice intérieure, heureuse, qui combat pour que cette justice intérieure soit partagée, vécue, extériorisée »(12)

 

(1) Truchon Raymond, Aujourd’hui les Béatitudes, p. 33.

(2) Ibid, p. 27.

(3) Ibid, p. 28.

(4) Ibid, p. 28.

(5) Ibid, p. 29.

(6) Ibid, p. 29.

(7) Ibid, p. 38.

(8) Ibid, p. 5V.

(9) Ibid, p. 60.

(10) Ibid, p. 60.

(11) Ibid, p. 62.

(12) Ibid, p. 67.