L’AUTRE SEXE ACCEDE A LA MITRE ET A LA CROSSE EPISCOPALE

L’AUTRE SEXE ACCEDE A LA MITRE ET A LA CROSSE EPISCOPALE

Monique Hamelin – Vasthi

 

Non, ce n’est pas un conte de l’an 3000.

 

Non, ce n’est pas notre chronique humoristique.

 

Oui, pour la première fois au sein de l’une des trois principales branches du christianisme (catholique, orthodoxe, anglican), une femme est consacrée évêque.

 

L’événement a eu lieu le 11 février dernier dans le diocèse épiscopalien de Boston et si le débat a fait rage avant sa consécration, il continue tout autant depuis.

 

Mais qui est-elle cette nouvelle évêque ?

 

Elle se nomme Barbara Marris.

Elle a 58 ans.

Elle est noire et divorcée.

Elle a milité pour le droit de vote des noirs au Mississipi.

Elle n’a pas fait d’études universitaires ni de « vraies » études théologiques dans un séminaire.

Elle a très peu d’expérience de travail comme ministre de paroisse.

Elle était directrice de WITNESS, une revue d’extrême gauche de l’Église épiscopalienne. Cette revue s’est prononcée en faveur des homosexuels et contre la politique américaine en Amérique centrale.

 

Alors, autant parce qu’elle est femme que pour ses positions avant-gardistes, les traditionalistes et les conservateurs se sont opposés à son investiture. Elle est d’ailleurs la première personne divorcée à accéder à un tel rang.

 

Que fait l’Église catholique ? Mgr Basil Hume, primat catholique d’Angleterre, non seulement déplore l’ordination des femmes à la prêtrise, mais trouve aussi que c’est tragique pour la démarche oecuménique des anglicans et des catholiques.