ET SI ON ORDONNAIT LES FEMMES… ?

ET SI ON ORDONNAIT LES FEMMES… ?

 

Marie-Jeanne Bérère, Donna Singles et Renée Dufourt :

Le Centurion, Paris, 1982, 190 pages.

Marie Gratton Boucher – Myriam

 

Publiée en 1982, l’étude de Marie-Jeanne Bérère, Renée Dufourt et Donna Singles sur les rapports entre femmes, symbolisme et sacré, n’est plus une nouveauté en librairie. Pourtant elle n’a rien perdu de son actualité ni de sa pertinence puisqu’elle aborde de front un ensemble de problèmes sur lesquels Rome s’entête obstinément à maintenir ses positions et qui se relient à son refus d’accorder aux femmes l’accès aux ministères ordonnés.

 

Le titre du livre : Et si on ordonnait les femmes  ? c’est l’éditeur, m’a-t-on dit à l’époque, qui l’a voulu accrocheur, les auteures pour leur part, auraient, semble-t-il, préféré une formule mieux susceptible de traduire l’ampleur de leur propos. Elles souhaitaient non seulement ni d’abord justifier et promouvoir l’ordination des femmes, mais plus largement et surtout mettre à jour et analyser les motifs profonds et souvent inconscients qui conditionnent l’attitude de l’Eglise dans ce dossier. Elles voulaient aller au fond des choses et décortiquer les rapports qui existent depuis la nuit des temps entre femmes, symbolisme et sacré. Aussi, bien que leur étude s’attache à étudier plus particulièrement la situation des femmes dans l’Église catholique, elle fournit des lumières qui permettent de débusquer les interdits et les tabous qui frappent partout les femmes dans les religions^ de type patriarcal. Ce faisant, les auteures ne se proposent pas de dédouaner l’Église de ses responsabilités ni de l’absoudre des injustices qu’elle commet à l’égard des femmes en montrant, qu’à des degrés divers, le mal sévit ou, à tout le moins, menace partout. Elles veulent manifestement souligner plutôt la fragilité des motifs théologiques habituellement utilisés pour justifier la position traditionnelle des autorités ecclésiales. Elles réussissent à démontrer de manière fort convaincante

 

que les oppositions les plus fortes étaient nourries d’arguments

pensés, souvent de façon irrationnelle, dans deux

domaines de la pensée qui dépassent les explications théologiques

sur lesquelles a été bâtie la justification de la pratique

de l’Église, c’est-à-dire, le sacré et la fonction symbolique, (p. 8).

 

Les auteures abordent leur sujet en montrant les impasses d’une « théologie de la femme », dont tant de gens se gargarisent, qui permet d’exalter et d’élever sur un piédestal le prétendu « éternel féminin », tout en maintenant au bas de l’échelle dans la dépendance, la subordination et la soumission, les vraies femmes de la vraie vie. (p. 23).

 

Elles explorent ensuite brièvement les mérites et les limites de l’ordination au diaconat qui officialiserait ce que les femmes accomplissent souvent déjà en oscillant « entre la mission clandestine et les fonctions de suppléance », (p.46).

 

Dans la deuxième partie de leur ouvrage les auteures démasquent les ambiguïtés des interprétations symboliques et montrent les parentés, sinon les complicités qui existent entre le symbolisme chrétien et le système patriarcal. Le fait que Jésus ait été un homme accentue encore la force des images stéréotypées à moins, bien sûr, qu’on consente à les dépasser en reconnaissant dans la résurrection le lieu où sont transcendées et réconciliées les limites inhérentes à la réalisation historique de l’Incarnation, (p.72).

 

Vient ensuite, dans une troisième partie, l’exploration de « l’influence souterraine du sacré sur la mentalité ecclésiale ». (p.115). On y voit dénoncée, la sacralisation progressive et outrancière des fonctions ministérielles dans l’Église, au détriment des intentions et des attitudes de Jésus si étranger aux orgueilleuses prétentions de la caste sacerdotale de son temps. Si par ailleurs les femmes sont tenues à l’écart de l’autel et du sanctuaire c’est qu’au même titre que le sacré elles font

peur et fascinent. Leur capacité de donner la vie (ou de la refuser) ne leur confère-t-elle pas une sorte de pouvoir divin qu’il faut se garder d’associer à toute forme de culte qui prétend rapprocher la terre et le ciel et conférer la vie éternelle à ce qui déjà, en naissant de la femme, était marqué par la mort ? Les auteures ne reculent pas devant les vraies questions et elles nous obligent à les considérer non seulement comme importantes et graves, mais comme incontournables.

 

Rome a beau à répétition en fermer la porte, l’accès des femmes aux ministères de sanctification et de gouvernement dans l’Église reste un dossier ouvert.