SAVIEZ-VOUS QUE…

SAVIEZ-VOUS QUE…

 

• LA MAISON PARENT-ROBACK VOIT LE JOUR. La Maison Parent-Roback, formée de 11 groupes de femmes, dont la Fédération des femmes du Québec, s’apprête à effectuer des rénovations intérieures à l’immeuble qu’elle a acquis récemment dans le Vieux-Montréal pour y aménager les locaux de ses groupes-membres. Projet ambitieux et novateur, la cohabitation de ces groupes comporte des avantages certains afin d’augmenter l’efficacité de leurs actions visant l’amélioration des conditions de vie des femmes. Cet investissement devient également un levier économique pour le mouvement des femmes au sQuébec.

 

* LES FEMMES MÉRITENT D’ACCÉDER AU SACERDOCE. Si c’est le fait que les apôtres étaient des disciples de Jésus qui confère aux hommes le droit de recevoir le sacerdoce, c’est en cette qualité précise que les femmes le méritent autant. Modèles de disciples réussis, comme les qualifie Micheline Gagnon, docteure en théologie et professeure à l’Université de Sherbrooke, les femmes qui ont suivi Jésus ont été les témoins occulaires de toute la carrière de Jésus. Et cela jusqu’au pied de la croix alors que les apôtres s’étaient enfuis. Malgré les orientations données par Vatican II pour le renouveau, le discours actuel de Jean-Paul II sur Marie ne sert ni la promotion des femmes, ni la féminisation de l’Église, affirme la même théologienne. Le Pape suggère de regarder Marie comme prototype de la « vraie fécondité » auquel les femmes devraient se conformer. Mais les exégètes et les théologiennes féministes y voient une construction idéologique destinée à marginaliser les femmes et à les maintenir dans l’oppression patriarcale, précise encore Micheline Gagnon. (La Tribune, 20.12.97)

 

• » LA THÉOLOGIE FÉMINISTE TOUT COMME LA THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION EST UNE THÉOLOGIE PRATIQUE. Pas seulement une théologie qui pense, mais aussi une praxis pour changer la société. En vue de cet objectif, et sur ce thème, on peut consulter sous la direction de Camil Ménard et Florent Villeneuve, Projet de société et lectures chrétiennes, Fidès, coll. Héritage et projet, 1997. Lire sourtout l’article de Nicole Bouchard, C. Gilbert et M. Tremblay, « Les solidarités fragiles. Les femmes et la perte d’autonomie » , pp. 171-186 ; Marie-Andrée Roy, « Représentations des rapports de sexe et projet de société », pp.157-168.

 

* LA QUÉBÉCOISE, DÉLIA TÉTREAULT, A ÉTÉ DÉCLARÉE VÉNÉRABLE À ROME EN DÉCEMBRE DERNIER. Née en 1865, sœur Délia Tétreault a fondé en 1902 le premier institut missionnaire féminin au Canada, qui devient deux ans plus tard une congrégation religieuse vouée aux missions étrangères : la communauté des Sœurs missionnaires de l’Immaculée-Conception. Cette congrégation compte aujourd’hui près de 800 religieuses de 17 nationalités réparties dans 15 pays des Amériques, d’Asie et d’Afrique. Environ 450 d’entre elles résident au Québec. Les Sœurs missionnaires oeuvrent auprès des plus démunis dans les domaines de l’éducation, de la pastorale, du travail social et de la santé. (La Presse, 04.01.98, A3)

 

* L’ENFER MARQUE NOTRE VOCABULAIRE ET NOTRE CULTURE. L’Actualité religieuse, (159, 15 octobre 1987) consacre un numéro au thème de l’enfer ici-bas ou dans l’au-delà. On y retrace les grandes lignes de cette histoire venue de loin et qui a atteint son apogée dans le christianisme où s’est développé et pratiqué pendant longtemps une pastorale de la peur. Si l’idée ancienne d’un enfer dans l’au-delà ne fait plus guère recette, écrit un des collaborateurs à la Revue, son utilisation pour qualifier notre société séduit encore. Elle se retrouve tout particulièrement dans les mouvements fondamentalistes ou intégristes des religions, sans oublier les sectes. Ne s’agit-il pas à travers la diabolisation du monde terrestre de rassembler les âmes déboussolées et en quête de sens ?

 

# L’ENFER, CE N’EST PAS SEULEMENT LE FEU ÉTERNEL. C’est aussi l’hiver : celui des bourrasques de vent, des bans de neige qui engloutissent et des verglas qui figent, cassent et éteignent toute vie. La représentation d’un enfer enflammé, qui a donné des idées à tant d’artistes, ne correspond pas à celle que les gens du Québec ont pu s’en faire en janvier 1998, eux qui ont été privés d’électricité et donc de la moindre chaleur pendant des jours voire des semaines. L’hypothermie fut pour eux un mal.

 

* LE MOT « INTÉGRISME » EST APPARU EN ESPAGNE À LA FIN DU XIXe SIÈCLE. Il désigne alors un courant politique catholique refusant toute séparation entre le profane et le sacré, Église et État : le terme de « fondamentalisme » est né au début du XXe siècle aux États-Unis pour désigner la tendance dure du protestantisme opposé à la fois à l’exégèse scientifique et au christianisme social. D’autres termes comme « islamisme » ou « ultra-orthodoxe » en judaïsme sont également en usage.

 

* MAÎTRE ECKART A ÉCRIT DU BIEN DE LA GENTE FÉMININE. Et cela se passait au XIIIe siècle. « Si l’être humain était toujours vierge » , lit-on dans ses Sermons. « il ne produirait aucun fruit. Pour qu’il soit fécond, il est nécessaire qu’il soit femme. « Femme » est le mot le plus noble que l’on puisse adresser à l’âme, bien plus noble que vierge ».

 

* CARL JUNG DISAIT QUE TOUS LES ÊTRES HUMAINS NE SAVENT PAS QU’ILS ONT UNE ÂME. « J’ai foi non seulement dans la pérennité de l’homme mais dans sa victoire. L’homme est immortel, non parce qu’il est, de toutes les créatures, la seule dont on ne peut étouffer la voix, mais parce qu’il possède une âme, un esprit capable de compatir, de se sacrifier et d’endurer ». Cette pensée qui est de William Faulkner —il aurait eu 100 ans cette année — ne s’appliquerait-elle pas surtout à l’expérience des femmes ?

 

AGATHE LAFORTUNE, VASTHI