EN MÉMOIRE D’ELLES…

EN MÉMOIRE D’ELLES…1

Denyse Joubert-Nantel – Vasthi.

 

Nos émouvantes chimères

se sont changées, hier,

en larmes amères.

 

Nous, filles, épouses, mères,

célébrons, ce soir, ce mémorial

de la violence ancestrale

issue de profondeurs viscérales.

 

Répons : En mémoire d’elles

 

Du Levant au Ponant,

du magistère à l’Iman,

soumises aux interdits infamants,

suppliciées dans notre chair : pieds sanglés,

sexe couturé, cous et lèvres disloqués.

 

Répons : En mémoire d’elles

 

Odalisque ou châtelaine ceinturée,

Droit de cuissage arrogé,

Sorcières brûlées,

Inceste, viol, violences subtilement voilées.

 

Répons : En mémoire d’elles

 

Mineures par Napoléon codées,

Salariées exploitées,

Pauvreté féminisée,

Sages-femmes ostracisées,

Droit de vie criminalisé,

Droit de vote nié,

Pornographie vidéoclipée,

Publicité sexisée rétrogradée,

Et que de chaînes de sévices innommés…

Ministère inaccessibilisé,

Postes cadres, chasse gardée.

 

Répons : En mémoire d’elles

 

(Chacune est invitée à nommer une violence qu’elle a subie. Chaque intervention est

suivie du répons)

 

Notre tumulte émotionnel se morcelant dans le noir,

Que d’interrogations nous habitent, ce soir !…

Notre peine indicible, nos gémissements, nos hurlements

Questionnent, de la société, les comportements.

 

Ô victimes innocentes d’une sauvage loterie,

Fauchées à l’Aurore d’une vie de « bâtisseuses-égéries »,

Que vos assises sanglantes ne se terrent pas dans le noir :

Qu’elles rayonnent, nouveau REPOSOIR,

La Justice et irradient nos espoirs.

 

 

1 Extrait du déroulement d’une célébration par le groupe Vasthi sur le drame de l’École Polytechnique.