ENTRE L’ALPHA ET L’OMEGA

ENTRE L’ALPHA ET L’OMEGA

 

Francine Pelletier- La Vie en Rose

 

« Féministes el chrétiennes, dites-vous ?… » Encore aujourd’hui il y a là de quoi nous laisser perplexes tellement ces deux termes nous paraissent « irréconciliables », en effet. Mais ce oui semble à prime abord contradictoire (et j’avoue l’avoir pensé) m’apparaît maintenant d’une grande « vérité ».

 

D’abord parce que le féminisme (dont surtout je m’inspire) vise nul autre qu’un changement en profondeur de la société. (Il est bon parfois de se te rappeler). Et bien que d’innombrables femmes ont aujourd’hui profondément changé, les institutions, elles, sont plus que réticentes au changement. Or, comment arriverons-nous à « changer le monde » sans non seulement attaquer mais s’approprier les systèmes en place ?…

 

Certes, le mouvement féministe n’a pas toujours pensé de la sorte – et toutes les féministes ne sont pas unanimes sur ce point – mais nous en sommes présentement à découvrir que nous ne pouvons contourner la question du pouvoir. Et l’intégration des femmes dans l’Eglise n’est-elle pas fondamentalement une question de pouvoir ? On peut donc dire que. malgré tes apparences « vieillottes » que confère une démarche religieuse, vous avez été. au contraire, à l’avant-garde du mouvement des femmes.

 

Mais il y a plus. Il y a la « spiritualité », cette entité encore si floue pour la plupart d’entre nous au Québec. Quand je lis L’autre Parole, c’est un mot qui me fascine ainsi que : foi. amour, mystère, célébration… des mots bannis de notre vocabulaire très souvent mais qui., nous manquent. On a beau occulter cette dimension ineffable de nos vies, elle ne disparaît jamais complètement pour autant.

 

Il se peut, pour des raisons historiques et idéologiques, que je n’aie jamais envie de couronner ce genre d’apprentissage, cette « expérience du divin », du mot « chrétienneté ». Mais qu’importé l’appellation ? (N’y a-t-il pas là, comme pour le mot « féminisme », tout ce qu’il y a de plus ponctuel, relatif et… restreignant ?). Vous êtes, finalement, un très bel exemple qu’il ne faut pas « jeter te bébé avec l’eau du bain » ou. si vous voulez, que tout changement se doit d’être global.

 

Bref, vous me rappelez que te monde est complexe et infini dans ses nuances et qu’entre « l’alpha et l’oméga » il y a tout un chemin à parcourir.