LA PLACE DES FEMMES DANS LA SOCIÉTÉ ET EN ÉGLISE ?

LA PLACE DES FEMMES DANS LA SOCIÉTÉ ET EN ÉGLISE ?

 

CAROLINE

 

Moi…

Je suis une jeune femme âgée de vingt-cinq ans, enseignante au niveau collégial. Le milieu dans lequel j’ai étudié ainsi que celui dans lequel je travaille présentement sont des milieux majoritairement masculins.

 

Ma perception

Je pense que dans la société dans laquelle on vit, la plupart des hommes malgré tout ce qu’ils peuvent dire, respectent la place des femmes. Ceux qui sont résistants à l’arrivée des femmes sur le marché du travail ce sont ceux qui se sentent menacés. Ils ont vraiment peur qu’une femme les surpasse là où ils ont échoué. Lorsque je suis confrontée à des remarques désobligeantes à l’égard des femmes ce n’est pas par les autres professeurs mais plutôt par une catégorie particulière d’étudiants. Les étudiants qui ont le même âge que moi sont les plus difficiles à gérer. Pas tous, bien sûr, mais en grande partie. Ils acceptent difficilement qu’une femme de leur âge leur enseigne alors qu’eux sont toujours sur les bancs d’école. Ils se sentent inférieurs.

 

Ma déception

II existe un autre milieu beaucoup plus intransigeant à l’égard des femmes et je parle de l’Église catholique. Nous ne pouvons malheureusement pas dire que la mentalité a évolué avec les années. Dans ce milieu, la femme est encore considérée comme une servante. Je ne suis pas d’accord mais c’est compréhensible. Il y a eu tellement d’abus dans le clergé par le passé : au plan du pouvoir moral, physique et voire même sexuel qu’il y a de moins en moins de gens qui prennent le rôle de l’Église catholique au sérieux ce qui entraîne du même coup une diminution accrue du nombre d’étudiants en théologie voulant devenir prêtres.

 

Aujourd’hui, le problème doit être résolu car la majorité des églises devront fermer leurs portes ce qui serait dommage pour les personnes croyantes.

 

Mon opinion

La confiance perdue ne peut être regagnée. Il faut du neuf. La meilleure solution serait l’acceptation de femmes prêtres par le clergé masculin. Évidemment, l’Église catholique n’est pas d’accord… Pourquoi ? Parce que les hommes pensent qu’ils perdront leur pouvoir avec l’arrivée des femmes et qu’ils devront apprendre à mieux servir. C’est révoltant.