MINE DE RIEN

MINE DE RIEN

 

Réjeanne Martin – Vasthi

 

Les violences au quotidien, vécues par des femmes et des filles dans mon milieu de travail. Mon milieu de travail : un cégep où j’interviens comme responsable de l’aide financière aux étudiants et de l’animation pastorale. Je rencontre donc tous les jours des jeunes filles de 16-20 ans et des femmes qui reviennent aux études, ainsi que des employées du collège, bien sûr.

 

Des violences au quotidien : avez-vous déjà observé l’écriture du terme « violence » ? Il comporte cet autre mot qui, lui, désigne toute espèce d’attaque à la dignité fondamentale de l’être humain : « viol ». Décrire donc des violences vécues au gré du quotidien, c’est essayer de nommer tout ce qui sournoisement, mine de rien, constitue un viol constant de la dignité des femmes. Si chacune de nous est bien une femme et une femme consciente, elle reconnaîtra, dans sa vie personnelle et dans celle des femmes qui l’entourent, ces mêmes violences et d’autres très semblables, ou pires encore.

 

À la racine

 

La première violence que je vis et que je vois vivre tous les jours, c’est le simple fait que nous soyons nées « femmes au coeur d’une société patriarcale ». Dès lors se trouvent inscrites en nous les marques indélébiles de toutes sortes de violences. Tissées par le patriarcat, ces violences sont très souvent perçues et vécues par les femmes elles-mêmes comme des situations normales. Sur cette fragilité première, viennent se greffer évidemment toutes les autres violences. Quelques exemples à partir de sphères de la vie quotidienne.

 

Éducation physique et activités sportives

 

Théoriquement ouvertes aux garçons et aux filles, certaines activités sportives, réputées plus rudes, ne sont fréquentées que par les garçons, comme le football. Une variante dite « touch football » est réservée aux filles. La salle de musculation accessible à tous, elle aussi, sans considération de sexe, se trouve comme par hasard plus largement utilisée par les garçons. « Les filles se retirent d’elles-mêmes », me dira un responsable de ces activités. N’est-ce pas plutôt que les filles ont intégré, dès leur jeune âge, que certains jeux sont réservés aux garçons, que des filles y perdraient de leur féminité ? Affaire de muscles, pense-t-on couramment. Mais aussi stéréotype au sujet de la beauté physique : de quoi aurais-je l’air avec des muscles plus dessinés, plus apparents ! Enfin, dans les programmes d’éducation physique où se trouvent en plus grand nombre des professeurs masculins, quels malaises vivent les filles qui se font souvent « toiser du regard ou taquiner de la main » ! La plupart de ces jeunes, par crainte d’une mauvaise évaluation ou de passer pour prudes, se terrent dans le silence ou préfèrent changer d’institution.

 

Normes esthétiques

 

La violence des normes esthétiques véhiculées par les médias génère chez plusieurs adolescentes de sérieux problèmes de comportement reliés entre autres à la nutrition : des anorexiques, des obèses… D’autres avouent parfois être contraintes par les modes de toutes sortes : vêtements, maquillage, coiffure, etc. Certaines s’imposent même des surcharges importantes de travail pour être en mesure financièrement d’afficher le « dernier look ».

 

Choix de carrière

 

Le traditionnel découpage des métiers et professions demeure lui aussi très influent sur le choix de la carrière par les jeunes. Nous comptons encore beaucoup plus de garçons que de filles à l’intérieur des programmes de sciences pures. Aussi, c’est aux filles que s’adresse la publicité concernant les professions et les métiers non traditionnellement pratiqués par les femmes. L’envers de la médaille : à qui associe-t-on les garçons qui poursuivent des études en secrétariat ? en soins infirmiers ? Ressembler à une fille, pas très gratifiant, n’est-ce pas ? Subtile violence, mais c’en est une plus importante qu’on ne veut le croire, d’autant plus que cette violence s’exerce souvent sous forme d’ironie.

 

Développement dans la carrière

 

Quand il s’agit du plan de carrière, que d’habiles et paternalistes mises en garde sur les exigences des horaires de travail, sur les incontournables arrêts de travail dus aux éventuels congés de maternité, sur les rudes pratiques du pouvoir ! Mis en place comme un support et une protection, les programmes d’accès à l’égalité en emploi témoignent éloquemment de cette violence toujours bien réelle quand il s’agit des femmes. L’inexistence de ces programmes dans plusieurs institutions d’éducation où les postes de cadres sont presque totalement occupés par des hommes en dit long sur le sujet. Pourtant les femmes occupent depuis toujours une large place dans le monde de l’éducation. Oui, mais pas à n’importe quel niveau de la pyramide. Dans mon milieu, trois (3) postes supérieurs sur vingt (20) sont occupés par des femmes, et il arrive que ces femmes s’associent au sexe du pouvoir en refusant de féminiser leur titre.

 

Conditions de travail

 

Rentabilité, productivité : deux épées de Damoclès qui, dans mon milieu de travail, menacent davantage les femmes seules qui ont charge d’enfants et celles qui vieillissent. Il n’est pas rare que des employées, responsables de famille monoparentale, subissent des pressions concernant leur productivité. Les conditions de vie personnelle ne doivent pas interférer sur le travail, qu’il s’agisse d’enfants en bas âge, d’horaires de garderie, de nuits écourtées, de maladies des enfants, etc. Bien sûr, on ne fait pas de reproches directs. Il y a d’autres moyens de traduire l’insatisfaction, de faire sentir l’urgence du travail, de surveiller la productivité… Dans la même veine et de l’avis même de collègues masculins, les femmes qui vieillissent vivent plus de pressions au travail. D’une part, les hommes n’ont pas à gérer les problèmes de santé inhérents à la ménopause ; or, ceux qui administrent l’organisation du travail sont des hommes. D’autre part, les femmes sont réputées être très exigeantes avec elles-mêmes. L’accroissement des tâches et la poussée à une productivité de plus en plus grande, en plus de l’incitation non déguisée à prendre une retraite anticipée, exercent quotidiennement sur ces femmes une pression particulière.

 

Retour aux études

 

Comme responsable de l’aide financière, je suis en contact tous les jours avec des femmes, jeunes et moins jeunes, qui décident de revenir aux études à temps plein « pour s’en sortir ». Sortir de la dépendance économique de l’aide sociale, du conjoint ou de l’ex-conjoint. Sortir d’un système ou de situations qui aliènent leur autonomie personnelle. S’en sortir, mais à quel prix !

 

Célibataires, séparées ou divorcées, la plupart de ces femmes ont des enfants à charge. Point d’exception ! Elles doivent à tour de rôle et à chaque session, négocier un horaire qui leur permette d’aller chercher les enfants chez la gardienne ou à la garderie. Quel que soit l’état de santé des enfants, travaux à remettre ou examens à passer ne souffrent pas de retard. Combien de fois voyons-nous ces femmes venir aux cours avec l’un ou l’autre de leurs enfants ! Bénéficiaires du régime des prêts et bourses, elles en paient très chèrement la note : endettement, perte de la carte-médicaments garantie aux assistées sociales, versements irréguliers des sommes attendues, limitation de l’aide par la contribution du conjoint ou de l’ex-conjoint, calcul à 100 % de la pension alimentaire, des allocations familiales, des crédits d’impôt, etc. Et qu’elles n’aillent pas s’aviser défaire vie commune avec un autre homme, à moins de jouer à cache-cache avec le système. Mirages, cauchemars, demi-vérités : telles sont bien souvent les conditions d’études de ces femmes.

 

Le spectre de la peur

 

En terminant, je tiens à parler de cette terrible réalité qu’est la peur. En général, les hommes ne comprennent pas la peur des femmes, tout simplement parce qu’ils ne la vivent pas. Non, il ne s’agit pas d’hallucinations, d’angoisses irrationnelles, de contes ou de romans à la « Agatha Christie ». Pour les femmes, le spectre de la peur fait vraiment partie de leur vie quotidienne : peur de circuler seule la nuit, peur de circuler ou de se retrouver seule, même de plein jour, dans des endroits isolés ou peu fréquentés (vestiaires scolaires, salles de toilettes, certains bureaux de travail, couloirs de métro, etc.). Les femmes, les filles vivent souvent sous la menace de l’agression possible.

 

Dans certaines circonstances, la peur se double de la culpabilité. Et là, je pense à ces filles et à ces femmes que je connais, battues par un conjoint ou par son père ou par un frère ; soumises à des relations sexuelles au delà de leur libre consentement ; abusées sexuellement par des proches ou même par un copain trop entreprenant ; paniquées devant une grossesse non désirée ; courbées sous des normes sociales, politiques ou religieuses qui pointent du doigt les victimes plutôt que les agresseurs. Aussi suis-je maintes fois témoin que la méfiance et l’hostilité s’installent insidieusement dans les rapports femmes-hommes en même temps que la clandestinité et la culpabilité rongent la dignité et parfois le goût de vivre.

 

La vie spirituelle et religieuse

 

En conclusion, j’évoquerai brièvement la violence dont je suis victime chaque fois que je participe aux rituels officiels de mon Église. Le langage dit « inclusif » ne m’évite pas la constante confrontation au discours masculin, qui continue de n’offrir en nourriture spirituelle que des images et des modèles de type patriarcal. « Nos pères dans la foi :  Abraham, Isaac, Moïse et les prophètes » : c’est un refrain tellement connu. Où sont donc passées Sarah, Rebecca, Ruth, Noémi, Vasthi, Myriam, Bethsabée et toutes les autres femmes très présentes et très vivantes de nos Écritures ? Violentée, je le suis aussi chaque fois que les célébrations évacuent les femmes d’une participation égale, chaque fois que des femmes de mon entourage voulant célébrer le rituel de l’Eucharistie se voient contraintes de faire appel à un prêtre. La violence que je ressens alors m’invite sur des sentiers battus par l’audace de l’Esprit. La réflexion devient méditation et prière. Et me voilà encore une fois projetée un peu plus haut, un peu plus loin, en train de questionner une théologie toute faite et ma dépendance du discours officiel. Alors je sens bien, pour ne pas dire je vois bien, que la foi en Dieu, en Jésus, en l’Église, c’est très certainement du TOUT AUTRE… de l’INÉDIT… que nous essayons d’approcher dans notre collectif de femmes, féministes et croyantes.