No. 87 – DES FEMMES DE DÉSIR EN QUÊTE DE LIBERTÈ

Liminaire

S’il est un domaine où la littérature abonde c’est bien celui de la
sexualité. Phénomène humain et culturel, la sexualité est souvent
Je mise au service du besoin de dominer pour mieux s’affirmer. Il est
facile de s’en convaincre.

Vous souvient-il — je m’adresse, ici particulièrement, à celles parmi vous
qui avez dépassé la soixantaine — des séances de confession où, adolescentes,
vous déclariez, avec crainte et tremblement : « Mon père, je m’accuse d’avoir
eu des mauvaises pensées… d’avoir entretenu des désirs défendus… ». Nous
savons aujourd’hui, que ce mal dont il fallait nous préserver découlait d’une
morale impérative et prohibitrice.

Que de générations ont été ainsi formées et brimées dans leur
épanouissement, aliénées par des Institutions millénaires pour qui la seule
évocation du mot plaisir était suspecte. Il n’est donc pas étonnant
qu’aujourd’hui des voix s’élèvent, de plus en plus nombreuses, pour exiger le
droit au plaisir, et que, par elles, la déculpabilisation du plaisir soit devenue un
acquis pour nombre de gens. Même si des sexologues se disent effarés par ce
que demandent leurs clients, nous pensons que l’humanité s’oriente vers une
période nouvelle d’épanouissement de toutes les potentialités amoureuses
mutilées depuis des millénaires.

Mais tout n’est pas gagné pour autant. Le domaine de la sexualité n’offre
pas que des plaisirs…

Les articles que vous lirez dans le dossier Femmes de désir en quête de
liberté n’abordent que certains aspects du thème. À vous de l’élargir et de
l’enrichir à partir de vos échanges et de vos ressources personnelles. À vous de
jouer !

Bonne lecture,

YVETTE LAPRISE, PHOEBE