Rita HAZEL (1934 – 2005)

J’ai appris, un peu par hasard, par La Presse, le décès de notre sœur  Rita. J’en ai été bien attristée, et surprise qu’elle soit partie si vite, sans avoir pu lui faire d’adieu… J’ai connu Rita, au moment où notre groupe de Sherbrooke se joignait à un nouveau groupe en formation à Montréal, dont elle était. C’est à ce moment d’ailleurs que nous avons pris le nom de Myriam. Nous nous visitions, soit à Montréal, soit à Sherbrooke, soit à Bromont ( Linda Simoneau), chez l’une ou chez l’autre. Nous avons donc pris comme patronne Marie qui allait visiter sa cousine Élisabeth, en même temps que Myriam, soeur de MoÏse et Aaron, qui avait composé un cantique… avant Marie.

Je me rappelle de l’engagement profond de Rita, de son apport à la fois sensible et rigoureux : elle contribuait à l’efficacité de nos réunions en même temps qu’à la joie de nos rencontres. J’ai aussi eu la chance de voyager avec elle, en Europe, lors du Colloque de la revue Concilium qui eut lieu à Leuven, en 1990 ( ?) Nous eûmes alors l’occasion de mieux nous connaître. Je garde le souvenir d’une compagne agréable, avec qui les échanges étaient enrichissants. Je me souviens particulièrement de la grande discrétion de Rita, autant pour ce qui la concernait que pour les autres. Elle a représenté une vraie “mine d’or” pour notre Collective par sa contribution efficace et indéfectible à la revue, pendant plusieurs années, en autant que le souci de sa famille le lui permette. Juste pour cela, elle mérite que son souvenir nous accompagne toujours. N’ayant pu exprimer autrement ma peine, j’ai fixé sa photo sur mon frigo afin de la garder en ma présence et en ma prière sororale durant ces jours de deuil.

Chère Rita, tu es allée rejoindre notre chère Marie-Thérèse. Puisses-tu reposer dans la paix… avec notre souvenir très affectueux !