SAVEZ-VOUS QUE …

SAVEZ-VOUS QUE …

 

« …les religieuses américaines se débattent dans une situation de pauvreté croissante. (…)

Selon une étude effectuée par le Conseil des évêques, les nonnes reçoivent des salaires à peine suffisants pour vivre, bénéficient rarement d’une retraite et se trouvent dans une situation de véritable cauchemar.(…)

L’étude des évêques montre qu’il existe un trou de presque deux milliards de dollars américains entre les sommes nécessaires pour couvrir les soins médicaux et les retraites des bonnes soeurs, et celles dont l’Eglise dispose effectivement. (…)

La quasi-misère dans laquelle vivent les religieuses américaines n’est guère nouvelle, mais elle est restée ignorée du public pendant des années. Les religieuses répugnent à se plaindre (…) parce qu’elles ne voulaient rien demander aux évêques – qui les paient – mais vis-à-vis desquels elles souhaitaient demeurer indépendantes.

Une solution à la crise serait, selon les religieuses consultées, d’en finir avec le système actuel de calcul des salaires –qui leur permet tout juste de subsister- et de les aligner sur les émoluments versés aux enseignants des écoles publiques. Une autre suggestion est de faire une collecte nationale et une mise en commun des ressources, afin que les diocèses les plus riches viennent en aide aux plus démunis. » La Presse. 20 mai 1986.

 

… l’Institut Canadien de Recherches sur les Femmes ICRF/CRIAW met sur pied un réseau de recherche sur « féminisme et éthique » Une rencontre a eu lieu à cet effet à Ottawa, le 10 janvier dernier. Monique Dumais y participait.

 

… le Collectif L’autre Parole, tout comme de nombreux autres groupes de femmes (M.F.C., Femmes et Ministères, Répondantes à la condition féminine, A.F.E.A.S., F.F.Q., etc., etc.) a fait parvenir un mémoire au Secrétariat d’Etat pour affirmer la pertinence du « Programme de promotion de la femme » et des subventions qui en découlent, remis en cause par les pressions des Real Women et de certains « Conservateurs ».

 

… le groupe Information-Ressources Femmes et Logement a produit un outil d’animation concernant les problèmes de harcèlement et de discrimination subis par les femmes locataires.- 2,50$/)’unité + + 0,75$ de frais de poste.- 5675, rue Lafond, Montréal. HlX 2X6. (514)721-3693.

 

… selon Statistique Canada, les femmes qui ont travaillé toute l’année, en 1985, ont gagné, en moyenne, 65 cents pour chaque dollar gagné par leurs homologues masculins, c’est-à-dire 18736$ contre 28848$ sur une base annuelle. Mais, selon l’économiste Kathleen A. Lahey, il semble que ces calculs ne tiennent pas compte des femmes travaillant à temps partiel. Selon une autre méthode, tout indiquerait que le seul moment où le revenu des femmes est équivalent à 60 % de celui des hommes survienne avant 25 ans et après 65 ans, et que plus les femmes s’éloignent de l’âge de 25 ans, plus leur revenu diminue comparativement à celui des hommes de la même tranche d’âge. (…)

 

… le revenu moyen des Canadiens est de 22 689$ tandis que celui des Canadiennes est de 12 378$, révèle le même document. Les hommes chefs de famille ont obtenu des revenus de plus de 30 000$ dans une pro40 portion de près de 55SB, en 1985, comparativement à 148 chez les femmes ayant les mêmes responsabilités. Vingt-trois pour cent des hommes de même catégorie ont gagné plus de 60 000$ durant la même période, contre trois pour cent seulement chez les femmes.

 

… les gains des femmes augmentent plus rapidement que ceux des hommes, 60,2$ contre 44.4S entre 1979 et 1983, mais même à ce rythme, elles n’obtiendront pas l’égalité salariale avant l’an 2010.

 

… pour ce qui est de la pauvreté, 24,6* des femmes et 11,1 % des hommes vivaient sous son seuil, en 1985, avec des revenus de moins de 5 000$. et ce. au Québec, où les niveaux de revenus sont plus bas qu’au Canada. « 

 

Le Presse, Cahier B : Plus, samedi 7 mars 1987.

 

… il existe au Québec des femmes et des groupes de femmes qui se donnent comme objectif de « créer des liens de solidarité entre femmes d’ici et femmes du Tiers- Monde ». Telle est la visée du groupe de Joliette Femmes solidaires … contre l’exploitation, et c’est le cas aussi des filles du Cinquième monde de Québec. A lire dans Vie Ouvrière, avril-mai 1987.

 

… » elle a passé sa vie à enseigner aux filles de riches (…). A 65 ans, elle décide de partager la vie des assisté-e-s sociaux de la petite Bourgogne. (.,.). « Il faut, dit-elle, remettre ce monde à l’endroit car l’amour vrai doit être efficace. » A lire : une entrevue avec Margot Power présentée dans Vie Ouvrière, novembre 1986.

 

… cette même Margot Power a reçu le prix Mgr Charbonneau. Nous avons appris cette nouvelle à la lecture d’un article au titre intrigant « Le retour de Sara », signé par Guy Paiement, dans Vie Ouvrière, janvier-février 1987.

 

… le phénomène de l’itinérance existe aussi chez les femmes. En 1985, la Maison Marguerite de Montréal a hébergé 400 femmes dont la moitié avaient entre 18 et 30 ans. Sous le titre « Le Tiers-Monde en ville », Sylvie Lavallée trace un rapide portrait de

la situation de ces femmes dans Vie Ouvrière, janvier-février 1987.

 

… pour la première fois au Québec, une répondante à la condition féminine est rémunérée pour cette fonction. Il s’agit de Linda Simoneau. engagée à mi-temps à ce titre, par le diocèse de Sherbrooke.

 

… le Centre international MATCH favorise le dialogue et la collaborât ion entre les Canadiennes et les femmes du Tiers-Monde. Convaincu que « l’inégalité des femmes constitue un obstacle au développement », MATCH cherche à discerner les préoccupations que partagent les femmes d’ici et de là-bas, à susciter un échange d’informations, à faire découvrir les questions d’intérêt commun et a encourager la mise en oeuvre de solutions, notamment en appuyant les initiatives des femmes du Tiers- Monde.

Pour plus de renseignements : Centre International MATCH 401-701 rue Nepean Ottawa, Ontario, K2P OB4 (613)238-1312

 

Réjeanne Martin