TROIS REGARDS SUR MARILYN MONROE

Vivre une semaine avec Marilyn est sûrement une curiosité qui nous conduit finalement à une grande compassion.  Que découvrons-nous de cette femme Norma Jeane Baker qui débarque en 1956 en Angleterre pour participer au tournage du film Le Prince et la danseuse ? Elle vient tourner avec Sir Laurence Olivier, cette vedette de la scène anglaise, tout un honneur pour elle. Le film de 2011 se base sur un écrit de Colin Clark publié dans les années 1990 qui relate un fait personnel qu’il a vécu : une semaine enchantée avec Marilyn Monroe.

Une femme idolâtrée

À peine a-t-elle posé les pieds à Londres qu’elle est assaillie par des foules qui veulent faire signer des autographes. Elle est connue et reconnue et c’est le culte de la vedette qui se déploie dans toute sa frénésie. Marilyn se livre avec grand plaisir à toutes ces démonstrations qui lui apportent une satisfaction évidente. La jeune actrice Michelle Williams a réussi à imiter à la perfection la démarche et les mimiques de Monroe. Son jeu lui a valu plusieurs nominations et récompenses.

Une femme en quête exacerbée d’affectivité

Elle est venue avec son mari, l’écrivain Arthur Miller, qui se fatigue rapidement de sa présence auprès d’elle et repart pour les États-Unis.  C’est l’assistant-réalisateur Colin Clark, 23 ans, qui est tombé totalement sous son charme et qui lui assurera tout le réconfort dont elle a si besoin.  Pendant toute une semaine, il répondra à ses demandes de soutien et d’accompagnement. « Le premier amour est un doux désespoir, Colin » d’affirmer Marilyn. Marilyn est une femme insatiable sur le plan affectif, elle qui à 30 ans a déjà connu trois mariages.  Elle semble incapable de trouver le véritable amour, marquée qu’elle est par une enfance malheureuse auprès d’une mère à l’équilibre fragile et d’un père absent.

Une femme sous l’emprise des médicaments et de l’alcool

Marilyn est vraiment sous l’emprise des médicaments et de l’alcool. Elle  n’arrive pas sur les plateaux de tournage à l’heure, elle a des trous de mémoire et provoque la colère de son éminent partenaire, Sir Laurence Olivier. Sa vulnérabilité se manifeste de plusieurs façons.

Cette situation de femme suicidaire nous entraîne à réfléchir sur cette vie qui connaît à la fois de grands succès et de vifs déboires. Il est difficile de trouver la porte de sortie d’une vie prise dans un étau de hauts et de bas. Colin va jusqu’à lui proposer de laisser cette vie d’actrice qui semble la rendre si malheureuse, mais non, elle ne peut se défaire de ce destin. 

C’est désolant de découvrir que des femmes artistes ont connu des vies si mouvementées et finalement malheureuses.  Des films, Callas Forever, La Môme (Édith Piaf), Ma vie en cinémascope (Alys Robi), sont des illustrations évidentes de courses au bonheur manquées.

 

 


Film : Une semaine avec Marilyn (My Week with Marilyn), comédie dramatique

Origine : États-Unis, Grande-Bretagne

Réalisateur : Simon Curtis, 2011.

Actrice principale : Michelle Williams