ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE : MANUELS PÉDAGOGIQUES

 

C’est avec grand intérêt que j’ai exploré deux outils d’apprentissages destinés aux élèves de 2e et 4e années du secondaire dans le cadre du cours d’éthique et de culture religieuse ( ECR ).

 

 Dans le présent article, je présenterai d’abord le cahier de savoirs et d’activités Vivre ensemble 2 rédigé à l’intention des élèves de 2e secondaire sous la direction de M. Jacques Tessier et publié aux éditions du Renouveau Pédagogique ( 2008 ) et par la suite, le cahier de travail destiné aux élèves de 4e secondaire qui a pour titre Vivre au pluriel et au temps présent rédigé par MmesChantal Bertrand et Mélanie Dubois et publié aux éditions La Pensée ( 2006 ).

Il me semble important de mentionner que ces deux cahiers de travail sont construits de façon à faciliter la compréhension et l’intégration chez l’élève des trois compétences disciplinaires qui sont de réfléchir sur les questions éthiques, de manifester une compréhension du phénomène religieux et de pratiquer le dialogue.

Vivre ensemble 2 – sous la direction de Jacques Tessier  Éditions du Renouveau Pédagogique (2008)

Réfléchir sur des questions éthiques

Dans un premier temps, Le cahier Vivre ensemble 2 vise à travers 10 différents dossiers et à l’aide de la boîte à outils, à inciter l’élève à développer son esprit d’analyse en examinant diverses situations d’un point de vue éthique comme dans le dossier 5 où il est question du téléchargement.  Elle ou il sera amené à examiner une diversité de repères d’ordre culturel, moral, religieux, scientifique ou social lorsqu’il sera question d’êtres surnaturels (dossier 2) ou des rites, règles et récits de création (dossier 6). Finalement, les diverses réflexions construites à l’aide de ces dossiers conduiront l’élève à être en mesure d’évaluer des options ou des actions possibles. 

Manifester une compréhension du phénomène religieux

Dans un deuxième temps, à travers les dossiers et la boîte à outils, l’élève découvrira et explorera la culture religieuse à travers le catholicisme, le protestantisme, le judaïsme, l’islam, le bouddhisme, l’hindouisme et les spiritualités des peuples autochtones du Québec. Elle ou il sera amené à analyser des expressions du religieux, à établir des liens entre des expressions du religieux et l’environnement social et culturel, puis à examiner une diversité de façons de penser, d’être et d’agir.

Pratiquer le dialogue

Dans un troisième temps, grâce à ces réflexions éthiques et une nouvelle compréhension du phénomène religieux, l’élève est conduit à interagir avec les autres, à organiser sa pensée et à élaborer un point de vue étayé.

Je vais maintenant vous présenter, plus en détail, les 10 dossiers et la boîte à outils du cahier de savoirs et d’activités Vivre ensemble 2 .  Chaque dossier est divisé en trois parties.  Dans la première partie, il y a des tableaux, des textes, des photos ou des illustrations pour faire connaissance avec le dossier.  On y trouve un sommaire pour voir quels sont les textes à lire et les activités à faire.  Il y a des questions de réflexion pour s’approprier le sujet. Et la page d’ « Action », qui permet de connaître le but du dossier, d’orienter la lecture, de comprendre certains points de la compétence « pratiquer le dialogue » et les éléments du programme qui sont à travailler.

La deuxième partie du dossier est constituée de pages d’information. Il y a des renvois aux compagnons Internet et des encadrés pour en savoir plus sur certains sujets. Il y a des zones de vocabulaire pour écrire la définition des mots soulignés et des renvois au glossaire.

La troisième partie du dossier est consacrée aux pages d’activités. Il y a des renvois aux pages pour trouver l’information nécessaire pour faire l’activité.  Il y a le bilan qui permet de revoir le but du dossier et de revenir sur les notions de concept.  D’autre part, à l’intérieur du bilan on retrouve des questions pour faire le point sur le sujet étudié et sur les compétences travaillées.

La boîte à outils traite des compétences disciplinaires et de la manière de les développer. Elle donne de l’information sur les traditions religieuses. La boîte à outils a pour fonction de souligner la situation des traditions religieuses dans le monde et au Québec et les grands moments de leur histoire au Québec et ailleurs. Finalement, la boîte à outils traite du dialogue et donne des pistes pour parfaire celui-ci, des méthodes pour élaborer un point de vue, des définitions, des exemples et des pièges à éviter.

Vivre au pluriel et au temps présent – par Chantal Bertrand et Mélanie Dubois  Édition La Pensée (2006)

Le cahier Vivre au pluriel et au temps présent est destiné aux élèves en 4e  année du secondaire. Elles et ils sont invités à parcourir les champs du religieux et de l’éthique en diverses étapes.

Le champ du religieux

Ce parcours est composé de six étapes.  La première aborde les grandes questions fondamentales telles que : Qui suis-je ?  Où vais-je ?  Cette étape présente quelques définitions de l’être humain et propose un certain nombre de réflexions sur ces définitions.

La seconde pose la question : Qu’est-ce que la religion ?  Par le biais de citations sur Dieu et les religions, de distinctions  entre religions, Église et secte, cette étape tente de faire réfléchir l’élève sur les fonctions de la religion.

Dans la troisième étape, l’univers de la religion se déploie sous l’angle des « 3 R » qui sont les représentations et les symboles, les rites et les règles. Divisé en sous section chaque « R » est approfondi à partir d’exemples. Il y est question des représentations de Dieu ou des dieux, de la vie après la mort, des rites dans le christianisme ou le judaïsme, des règles vestimentaires, alimentaires et comportemental de certaines religions. Cette étape trouve sa conclusion dans l’élaboration par l’élève d’un projet qui est d’inventer une religion.

La quatrième étape de ce parcours est consacrée à l’approfondissement des récits de l’origine et de la fin des temps. Dans un premier temps, l’élève examine deux propositions : la scientifique, soutenue par la théorie du « Big-Bang » et la religieuse, présentée dans le récit de Genèse 1,1-2,4.  Dans un deuxième temps, l’attention de l’élève se porte vers un récit moderne de la fin des temps et conduit à réfléchir sur cette question à partir des thèmes de l’environnement et des inégalités sociales. L’élève conclut l’étape en rédigeant son propre récit de création.

La cinquième étape est une halte au supermarché des grandes et des petites religions. L’élève y rencontre les religions monothéistes, orientales et celles des Premières Nations.  Finalement,  à partir de deux histoires pour alimenter sa réflexion, d’une typologie et d’exemples, l’élève est introduit aux nouveaux mouvements religieux (NMR).  Il conclut son escale au supermarché par la visite d’un panthéon.

La sixième et dernière étape traite de l’athéisme compris comme une autre façon de croire.  Suite à une brève description de l’athéisme et de diverses justifications, l’élève fait la connaissance de quelques athées connus tels Walt Disney, Albert Jacquard, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

Le champ de l’éthique

Ce parcours est composé de quatre étapes.  La première propose un coffre à outils et une façon de réfléchir moralement. D’une part, le coffre à outils est composé de référentiels moraux et d’autre part, d’éléments à prendre en considération.  À titre d’exemple, l’élève est amené à appliquer une démarche éthique sur la question de l’avortement.  Il conclut l’étape par l’analyse d’un problème d’actualité.

La seconde étape traite des droits et des devoirs. Dans un premier temps, l’élève prend connaissance de la déclaration universelle des droits de la personne. Il est invité à en faire une première application au quotidien. Un parcours historique de la violation des droits humains lui est proposé à travers des thèmes comme la dictature et le fascisme, le nazisme et les génocides. Dans un deuxième temps, l’élève est appelé à réfléchir sur le terrorisme et à son antidote, la non-violence en compagnie de Gandhi et de Martin Luther King. Il conclut cette étape avec un travail sur les droits humains.

La troisième étape de son parcours éthique est consacrée à l’étude d’un mouvement social d’ici et d’ailleurs : le féminisme. L’entrée en matière est composée d’une définition, de deux citations machistes, de quelques statistiques et de dates significatives. Par la suite, l’élève est amené à découvrir différents courants de pensée féministe, à faire la rencontre de trois féministes telles Irma Levasseur, Idola Saint-Jean et Françoise David. Finalement, par des exemples comme celui de Polytechnique (1989), l’élève est amené à comprendre que la lutte féministe n’est pas terminée et que les acquis en divers lieux sont encore fragiles. Il conclut cette étape avec un travail sur le code vestimentaire à l’école.

La quatrième étape du périple de l’élève dans le champ de l’éthique est consacrée à une réflexion sur la sexualité en quatre points. Le respect de soi, les déviances sexuelles et la normalité, la violence « n’est pas de l’amour » et une réflexion très personnelle sur la violence.

En terminant, j’ai voulu par cette exploration des cahiers de travail du cours d’éthique et de culture religieuse des élèves de 2e et 4e secondaires vous faire découvrir les moyens pédagogiques que les auteurs de manuels scolaires ont utilisés pour répondre aux trois compétences disciplinaires qui sont de réfléchir sur les questions éthiques, de manifester une compréhension du phénomène religieux et de pratiquer le dialogue. J’espère que, tout comme moi, vous avez apprécié la pertinence du contenu pédagogique.  Évidemment, il reste la question de l’objectivité à débattre. À mon avis, tant celle de la professeure que celle, tout aussi importante, de l’élève sont mises en cause.  Toutefois, j’ai la certitude que les expériences personnelles de l’éthique et du religieux de ces deux acteurs teinteront et illumineront le défi de l’objectivité du cours d’éthique et de culture religieuse.