SAVEZ-VOUS QUE…

SAVEZ-VOUS QUE…

 

…Le salut passerait par les femmes… C’est ce que laisserait entendre le compte rendu d’un ouvrage récent de Ph. Annaert, Le salut par les femmes. L’oeuvre des Ursulines aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Éditions Brepols. Éducatrices de la jeunesse féminine, n’ont-elles pas contribué de manière décisive, y écrit-on, au même titre que les Jésuites, à la formation de la conscience spirituelle de l’Europe occidentale ?

 

…Le docteur Jonathan Mann, chef de file de la lutte contre le sida, estime que le contrepoids au virus est aussi social que clinique. Pour lui, le sida est symptomatique de graves problèmes sociaux tels que la discrimination, le sexisme et le racisme. Le Dr Mann n’hésite pas à dire que « la domination sociale des hommes, partout où elle existe, constitue une menace pour la santé publique » (Le Devoir, 27 octobre 92, B1).

 

… Le Vatican serait le seul État à reconnaître le gouvernement putschiste d’Haïiti, ce gouvernement militaire qui agit d’une façon pas très catholique : renversement par la force du président élu et répression sanglante. Quand on sait que le président Aristide est un partisan de la théologie de la libération, on comprend pourquoi le Vatican agit de la sorte.

 

…Dans la société « utopienne » de Thomas More, les femmes, qui ont comme les hommes un métier, peuvent, elles aussi, s’entraîner militairement, accéder à la prêtrise et participer à la culture. C’est ce dont discute Guy Bouchard dans Femmes et pouvoir dans la « cité philosophique ». (Relire l’Utopie de Thomas More), Montréal, Les Éditions Logiques, 1992, p. 37).

 

…Les 285 évêques catholiques des États-Unis sont en désaccord sur un projet de document touchant la situation des femmes dans l’Église et dans la société. Le projet dénonce d’une part comme « un mal moral et social » toute attitude sexiste, mais d’autre part condamne l’avortement, la contraception artificielle et ferme la porte à toute perspective d’ordination pour les femmes.

 

…Un sondage d’opinion publique révèle que plus des deux tiers des catholiques américains (67 %) seraient favorables aujourd’hui à l’ordination des femmes, contre 47 % en 1985. De même, 70 % approuveraient l’ordination d’hommes mariés, contre 58 % il y a dix ans. Seuls 13 % des catholiques interrogés sont d’accord avec leur épiscopat pour dire qu’en aucun cas l’avortement ne doit être autorisé, alors que 41 % l’estiment possible en certaines circonstances ( Le Monde, 23 juin 1992). …La ministre fédérale

 

responsable de la Condition féminine, Mary Collins, a proclamé pour la première fois cette année le mois d’octobre, mois de l’histoire des femmes en ce pays. On a choisi le mois d’octobre parce qu’il coïncide avec la célébration de « l’affaire personne » qui commémore l’événement d’octobre 1929 grâce auquel les femmes canadiennes acquirent d’importants droits constitutionnels dont leur admission au Sénat.

 

…Le 18 novembre 1992 paraît le livre (catéchisme de l’Église catholique) qui définit, face au monde moderne, la foi et la morale de l’Église. Une entreprise qui n’avait pas été menée depuis le XVle siècle. Le texte original a été rédigé en français. Voici quelques extraits les plus significatifs.

 

« Seul un homme (vir) baptisé reçoit l’ordination sacrée » (p. 336). « Parce qu’il est à l’image de Dieu, l’individu humain (homme et femme ?) a la dignité de personne : il n’est pas seulement quelque chose, mais quelqu’un » (p. 82).

 

« Les femmes saintes, comme Sara, Rebecca, Rachel, Miryam, Débora. Anne, Judith et Esther, ont conservé vivante l’espérance du salut d’Israël. La figure la plus pure est Marie » (p. 28).

 

« Toute forme de discrimination touchant les droits fondamentaux de la personne, qu’elle soit fondée sur le sexe, la race, la couleur de peau, la condition sociale, la langue ou la religion, doit être dépassée, comme contraire au dessein de Dieu » (p. 402- 403).

 

« Dieu n’a pas voulu retenir pour Lui seul l’exercice de tous les pouvoirs. Il remet à chaque créature les fonctions qu’elle est capable d’exercer, selon les capacités de sa nature propre. Ce mode de gouvernement doit être imité dans la vie sociale. Le comportement de Dieu dans le gouvernement du monde, qui témoigne de si grands égards pour la liberté humaine, devrait inspirer la sagesse de ceux qui gouvernent les communautés humaines » (p. 395).

« Plusieurs réclament aujourd’hui une sorte de « droit à l’essai », là où il existe une intention de se marier (…).L’amour humain ne tolère pas l’« essai ». Il exige un don total et définitif des personnes entre elles » (p. 486-487).

 

« Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté » (p. 480).

« Les actes qui réalisent l’union intime et chaste des époux sont des actes honnêtes et dignes » (…). La sexualité est source de joie et de plaisir : le Créateur lui-même (…) a établi que dans cette fonction [de génération ] les époux éprouvent un plaisir et une satisfaction du corps et de l’esprit. Donc, les époux ne font rien de mal en recherchant ce plaisir et en en jouissant (…). Ils acceptent ce que le Créateur leur a destiné » (p.481).

« L’art sacré véritable porte l’homme à l’adoration, à la prière et à l’amour de Dieu, Créateur et Sauveur, Saint et Sanctificateur. C’est pourquoi les évêques doivent, par eux-mêmes ou par délégation, veiller à promouvoir l’art sacré, ancien et nouveau, sous toutes ses formes, et à écarter, avec le même soin religieux, de la liturgie et des édifices du culte tout ce qui n’est pas conforme à la vérité de la foi et à l’authentique beauté de l’art sacré » (p. 505-506f).

 

Agathe Lafortune et Lise Campeau.