STANCES INTERROGATIVES EN PIECES DETACHEES

STANCES INTERROGATIVES EN PIECES DETACHEES

 

par Denyse Joubert 1

 

0 PERE, (mais me souvient-il d’avoir été pensée par mon père ?),

Moi, FEMME (en pièces détachées par vos diktats d’hier, de naguère, de bonne guerre ?)

 

Nouvelle Walkyrie – qui rit dans ses larmes –

je chevauche les vagues de la mutation

qui stimule vos alarmes

et sollicite un peu de votre attention.

 

Laissez-nous déverser, avec un brin d’humour,

le trop plein de nos peines et de nos amours.

Comme la crise actu/elle

est structur/elle.

 

Croyez-vous en sa solution

par la conversion ?

Accepteriez-vous (quel conditionnel !)

un nouvel accord constitutionnel

sans faire tonner le droit de vos 1752 canons

et à nos revendications, opposer un « NON » ?

Serons-nous contraintes de mémoriser un nouveau décalogue

d’où sera exclu tout dialogue ?

 

Accorderez-vous à la curie romaine, une année sabbatique

leur permettant de savourer, des femmes, le goût attique ?

Et comme Teilhard –

quel grand gaillard !

de méditer sur l’idéal féminin

et d’affirmer, sans se sentir un nain :

 

« Plus ainsi je deviendrai femme,

plus immatérielle et céleste se fera ma figure.

En moi l’âme tend à sublimer le corps, la grâce à diviniser l’âme… »

Ce « pèlerin de l’avenir » sera-t-il votre bon augure ?

Accepterez-vous l’assistance du « demi-monde »

(on n’est donc pas du monde … !)

 

aplati devant votre psychosphère (1) ?

Accepterez-vous notre infosphère (2) ?

notre impureté morale, nos refrains « immondes » ?

Accepterez-vous un nouveau code de mots

afin de déchiffrer nos maux ?

Y aura-t-il coïncidence entre votre venir

et notre devenir, notre advenir ?

 

Voici donc l’interrogation de mon discours « hystérique » :

(pour le sens, référer à l’astérique) (3) »

Pourquoi, de l’intimité de nos corps, vous êtes-vous réapproprié ?

Par votre présence dans le lit conjugal, que d’amours jugulées,

que d’élans calculés,

que de nuits sans orgasme,

abus de Votre pouvoir, douloureux pléonasme …

Pourquoi vouloir que la misère pullule

par vos lois contre la pilule ?

Ne pouvons-nous pas nous donner naissance

en donnant naissance

selon notre plaisance ?

 

0 Très Saint Père reconnu pour vos prouesses,

nous ferez-vous quelques promesses

(désacralisation des orgueilleuses sagesses) ?

 

Car la patriarcalisation de vos structures

de l’Eglise n’est-elle pas cause de fractures … ?

 

Venez-vous à un rendez-vous d’espérance

sur une lancée de transparence ?

 

Les noms d’Eve et de Marie vous font-ils entrer en transes ?

Accepterez-vous la féminisation du pouvoir

dont les plus démunis pourront se pourvoir ?

 

La politique de l’humain

fera-t-elle partie de nos lendemains

ou l’Eglise et son appareil,

a nulle autre pareille,

parlera-t-elle si fort qu’elle enterrera

l’Autre Parole – les sans voix, – les parias ?

 

Saurez-vous voir, de votre colline, le versant féminin, la génétrice

de grandes coulées d’amours libératrices ?

 

Pourrons-nous faire quelques mises

sur une nouvelle Terre promise,

ou est-ce un monde imaginaire

que nos rêves régénèrent ?

 

Accepterez-vous, (quel euphémisme …)

de canoniser le féminisme

qui permet de nous déployer ?

 

Ou devrons-nous toujours ployer

pour être béatifiées, subir l’épreuve

de Marie-Léonie en nous consacrant aux domestiques oeuvres ?

Etes-vous seul à posséder le logique

du discours théologique … ?

 

De la Bible ne pouvons-nous intégrer les thèmes

sans subir vos anathèmes ?

 

Ne pourrons-nous pas relire lEvangile

sans sentir votre vigile ?

 

Votre compréhension du mystère divin transcendant

tient-elle compte du temps présent,

de la réalité, de notre vécu, conceptions dynamiques,

de la Révélation, de ce qu’elle communique,

de la manifestation de Dieu

dans de nouveaux horizons débouchant vers le mieux ?

Votre chemin de Damas est peut-être celui des dames

le suivrez-vous afin de sauver des âmes.

 

Nous nous réveillons d’une profonde dormition :

nous voulons dévoiler ce que vous avez tu,

nous libérer des carcans obtus,

proposer une alternative de société

dans un projet commun, né de notre sororité.

Femmes/objets de vos omissions,

vous nous avez possédées en nous dépossédant,

serons-nous le sujet de votre contrition ?

Nos desseins vous sont-ils excédants ?

Nous voulons vivre

et non seulement sur/vivre.

 

Pourquoi nous axez-vous sur une finalité extérieure

quand nous aimons nous nourrir de quotidiens bonheurs ?

 

En somme,

et c’est notre SOMME,

nous émettons de voeux pieux :

0 Très Saint Père, miroir de l’homme,

laissez-nous devenir le miroir de Dieu !

 

1. Extrait de En toute sincérité, Réflexions et réactions à l’occasion de la visite du pape, un livre qui paraîtra aux éditions Fides en juin prochain. Des mères, des pères, des prêtres, des profs, (etc. !) répondent en quelques pages à la question : « QUE DIRIEZ-VOUS AU PAPE SI VOUS AVIEZ UN ENTRETIEN D’UNE DEMI-HEURE AVEC LUI ? »

 

 

1. Sphère du pouvoir

2. Sphère de l’information. LES CARTES DU FUTUR, Alvin Toffler, éditions Denbel, Paris.

3. 1568. lat. hystericus, gr. husterikos, de hustera « utérus », l’attitude des malades étant autrefois considérée comme un accès d’érotisme morbide féminin.