No. 38 – LECTURES POUR L’ÉTÉ

LIMINAIRE

Peut-on rêver détente estivale sans rêver lectures? Viennent les longues journées
claires, la douce brise qui invite à respirer… au propre comme au figuré… Et
nous voilà plongées dans des romans où l’imaginaire, le fantastique même nous entraînent
en des zones éthérées jusqu’à ce que… notre fibre féministe, tricotée à notre
laine chrétienne, nous fasse glisser subrepticement sur un canevas de plus en
plus consistant, où défilent des visages de femmes surgies des temps bibliques, de
l’époque de Jésus ou d’une histoire plus récente… où paroles nouvelles et audacieuses
idées viennent provoquer l’esprit qui croyait se dorer au soleil et qui se souviendra,
finalement, qu’il n’y a pas de trêve pour la quête de la justice, même s’il
emporte, dans ses bagages, la « poupée qui prie ».

Voilà le parcours que nous proposons à l’aide d’impressions très personnelles
qu’ont suscitées romans, analyses, essais, revues et même un mémoire non encore
publié! Les titres des articles correspondent à ceux des oeuvres commentées, à deux
exceptions près. Étrange hasard: à leur insu, deux de nos collaboratrices ont recommandé
le même roman (mais publié en langue différente) sans en faire ressortir
les mêmes aspects…

Cette livraison de juin constitue le numéro « plus léger » de notre production
1987-1988, conformément à notre politique établie en 1986. Jusqu’alors le
bulletin ne paraissait que trois fois l’an et avant l’automne 1985, il comptait 28
pages ou moins, comparativement à la moyenne de 36 pages de nos trois numéros
substantiels. Le prix de l’abonnement est demeuré le même depuis le mois d’août
1983 et l’on comprendra facilement qu’un périodique qui s’autofinance, sans subventions
ni revenus publicitaires, mais uniquement grâce aux contributions des abonnées(
és) et au travail bénévole, ne peut survivre sans réajustement à l’augmentation
de tous les coûts de production et de diffusion. L’endos de la page couverture
affiche donc les nouveaux tarifs que nous nous voyons contraintes de demander.

Notre équipe souhaite à toutes et à tous un été riche
en lectures et en re-créations des plus variées.

Rita Hazel