No. 83 – PARABOLA

Liminaire

D’après le dictionnaire historique de la langue française, le mot
« parole », dont l’origine remonterait au Moyen âge, viendrait du mot
latin « parabola » devenu « paraula » en langage populaire, puis
« parole » en langage moderne. Qui dit parole dit aussi rencontre, discours,
dialogue, colloque, échange, rassemblement…

Aussi le dossier présenté dans ce numéro, loin de se vouloir exhaustif, n’offre
tout au plus qu’un recueil de paroles plurielles qui relèvent davantage de
l’horizontal que du vertical.

Cette parole, d’abord nôtre, jaillit de notre identité comme collective. À sa
base, surgissent des paroles qui s’interrogent mutuellement, s’affrontent parfois pour
dépasser les différences, approfondir une vérité jamais définitive, explorer des
ressources toujours neuves. Pour nous, c’est en toute liberté et avec une vigueur
renouvelée que la parole est appelée à dire, à nommer, à montrer les voies à venir.
Ainsi de proche en proche, grâce à la circulation d’une parole authentique, chacune
est reliée aux autres, chacune devient avec et par les autres.

Mais s’il existe des lieux privilégiés où la parole peut circuler vivante, libre,
multiple, il n’en est pas ainsi partout et pour toutes et tous également. Dans in
monde pensé et dominé par les hommes, est-ce qu’il va de soi de parler-femme ? Et
même si le droit de parole est universellement reconnu en principe, qu’en est-il dans
la pratique de notre Église ? Qu’en est-il pour des personnes malentendantes qui
souhaitent s’intégrer à un groupe ?

Ce sont là quelques-unes des interrogations que pose ce dossier. Les paroles
multiples et multiformes qui y sont consignées, c’est à vous qu’elles s’adressent,
chères lectrices et lecteurs, en vous invitant à noircir, à votre tour, de vos propres
paroles, les pages du prochain numéro. Mais avant de refermer la revue, ne manquer
pas la rubrique de l’humour.

Bonne lecture !

YVETTE LAPRISE, PHOEBE